Ici Marie-France Bazzo

Marie-France Bazzo a dit vouloir être branchée sur le Grand Montréal et favoriser l’interactivité - « ça va twitter », a-t-elle soutenu - pour sa nouvelle émission matinale, en ondes dès septembre.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Marie-France Bazzo a dit vouloir être branchée sur le Grand Montréal et favoriser l’interactivité - « ça va twitter », a-t-elle soutenu - pour sa nouvelle émission matinale, en ondes dès septembre.

Ce sera donc Marie-France Bazzo, et en vérité, ça ne pouvait être qu’elle. Dès que l’animateur René Homier-Roy a annoncé en ondes, mercredi, qu’il quitterait l’émission C’est bien meilleur le matin, les réseaux sociaux et des médias l’ont vite adoubée comme seule sérieuse prétendante à la prestigieuse fonction radiophonique. La confirmation officielle est venue par une conférence de presse organisée en après-midi.

M. Homier-Roy quitte C’est bien meilleur le matin pour des raisons personnelles. Il continuera d’animer d’autres émissions à la radio et à la télévision.


Mme Bazzo sera en poste au réveil en septembre et deviendra la première femme à cette fonction les jours de semaine dans l’histoire de la Première Chaîne de Radio-Canada (RC) à Montréal. Elle continuera par ailleurs d’animer son émission quotidienne Bazzo.tv à Télé-Québec et de diriger les Productions Bazzo Bazzo.


« Je suis très émue, a-t-elle dit. C’est vraiment un honneur et une responsabilité que de me retrouver ici. C’est un cadeau immense que me fait Radio-Canada. Je crois qu’à la radio, dans toutes les stations confondues, il y a deux créneaux extraordinaires : celui du milieu de matinée, que j’ai occupé pendant 11 ans avec l’émission Indicatif présent, et celui du matin. C’est celui où on réveille les gens, où on les informe, où on exerce sa curiosité. Il y a quelque chose de magique dans ce créneau-là. Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour. Quand le train passe, je pense qu’il faut le prendre. »


Elle entend utiliser à plein l’interactivité des nouveaux médias dans sa nouvelle émission, pour l’instant sans nom. Elle sera en ondes à 5 h 30 et se lèvera deux heures plus tôt, après ses cinq heures de sommeil habituelles.


« Il y a une routine à respecter dans cette émission, mais c’est sûr qu’elle va me ressembler. Elle va aussi ressembler à RC. Des choses vont changer, des choses vont rester, mais chose certaine, l’émission sera beaucoup plus collée sur la salle des nouvelles de Radio-Canada. La présence journalistique sera peut-être beaucoup plus importante. Pour le reste, il faut la construire, cette émission. »


Un retour au bercail


Mme Bazzo a fait ses classes et établi sa grande réputation à la radio publique. Elle y a dirigé Dazibazzo, Et quoi encore, VSD Bonjour et, bien sûr, Indicatif présent. Elle était chroniqueuse à l’émission Puisqu’il faut se lever de Paul Arcand au 98,5 FM, grand rival de la Première Chaîne. Elle y a fait ses adieux mercredi matin.


« Ce n’est plus exactement la même fille qui revient à RC, a expliqué Mme Bazzo. Je suis passée par le privé, avec ma boîte de production. C’est une manière d’exercer ma créativité, de monter et de travailler avec des équipes. J’ai aussi beaucoup appris de la radio privée. » Elle a notamment cité l’habitude de faire avec des équipes de production plus légères.


Patrick Beauduin, directeur général, et Anne Sérode, directrice de la Première Chaîne, ont travaillé fort depuis deux ans pour convaincre l’enfant prodige de rentrer à la maison publique. « Le départ de Marie-France a été une grande perte pour RC, et je me suis fixé comme objectif, dès ma nomination en 2010, de la faire revenir », dit M. Beauduin, rejoint au téléphone mercredi soir. Le grand patron soigne un cancer depuis cinq mois et espère lui-même rentrer au boulot d’ici quelques semaines. « On m’a donné le mandat de rénover la radio et cette femme faisait partie des plans pour prendre en main cette nouvelle radio. »

À voir en vidéo