La télévision en mutation - Débrancher le fil

House of Cards , qui met en vedette Robin Wright et Kevin Spacey, est une série diffusée exclusivement sur Netflix.
Photo: Netflix Melinda Sue Gordon House of Cards , qui met en vedette Robin Wright et Kevin Spacey, est une série diffusée exclusivement sur Netflix.

Aux heures de pointe, Netflix draine 33 % de la capacité de téléchargement résidentiel sur Internet, selon des données colligées à l’automne 2012 par la firme américaine Sandvine. Bref, quiconque est tenté de délaisser la télé classique doit savoir, impérativement, que la consommation de bande passante peut s’avérer titanesque.

« On consomme généralement de 100 à 200 gigaoctets [Go] de bande passante par mois », dit Eric Rosenquist, un informaticien de la banlieue d’Ottawa qui documente son expérience sur un blogue personnel. Je croyais avoir mal compris, jusqu’à ce que je le lui fasse répéter. Et sa vitesse de téléchargement est de 28 mégaoctets/seconde, soit deux ou trois fois plus vite qu’un forfait moyen.


Le forfait Internet de Bell à une cinquantaine de dollars, par exemple, est doté d’un plafond de consommation mensuelle de 75 Go. Si on monte à 250 Go, la facture grimpe au-delà de 80 $. La concurrence est féroce : des fournisseurs indépendants offrent des forfaits à usage illimité.


« Je suggérerais à quelqu’un qui veut dépendre uniquement du contenu accessible en ligne de faire bien attention à ses limites de téléchargement et à la résolution employée pour accéder au contenu, car la vidéo en continu en HD consomme beaucoup de bande passante, dit Sophy Lambert-Racine, analyste en télécommunications à l’Union des consommateurs. Faire appel à un fournisseur de services indépendant permet généralement d’obtenir des limites de téléchargement plus élevées à des prix plus abordables. »

 

Tout n’est pas sur le Web


Il faut également savoir que tout n’est pas sur Internet. Le sport professionnel y est. Mais pour une question de droits de diffusion, les matchs locaux n’y sont pas. Sans compter, par ailleurs, que certains services Internet, comme Hulu, ne sont pas officiellement disponibles au Canada.


Arrive ensuite une antenne pour capter le signal haute définition. Lorsque les ondes hertziennes sont passées au mode numérique en 2011, Éric Paré a eu du travail. Son entreprise, TVHD Montréal, installait des antennes intérieures et extérieures. Les choses se sont calmées.


« Maintenant, c’est surtout des gens qui veulent se débrancher du câble », dit-il. Il va cesser ses activités sous peu et a déjà un autre projet. Le chiffre d’affaires n’est pas à la hauteur des objectifs, d’autant plus, rappelle-t-il, qu’il est possible d’installer soi-même une antenne HD. « J’ai patienté, j’ai étiré ça, entre-temps j’ai fait un peu de politique [pour Option nationale], mais ce n’est pas suffisant. »

À voir en vidéo