Liza Frulla quitte Radio-Canada en raison de la commission Charbonneau

Liza Frulla
Photo: Pedro Ruiz -Le Devoir Liza Frulla

Liza Frulla quitte ses fonctions de commentatrice politique à l’antenne de Radio-Canada à la suite de révélations faites devant la commission Charbonneau concernant son conjoint, André Morrow. L’ancienne ministre libérale veut ainsi éviter les accusations de conflit d’intérêts.

Radio-Canada a dit vendredi avoir accepté la démission de Liza Frulla comme panéliste politique, dans le cadre du Club des ex de RDI et du débat hebdomadaire au Téléjournal. Elle a cessé de participer à ces émissions dès jeudi. Elle conserve cependant sa participation à l’émission culturelle C’est Juste de la TV, diffusée par ARTV.

Liza Frulla a pris cette décision «difficile parce que l'entreprise de son conjoint, André Morrow Communications, a été citée par un témoin de la commission Charbonneau jeudi», a indiqué la télévision publique.

Dans ce court texte, Liza Frulla fait valoir que son «mandat de panéliste» impliquait de «commenter librement et spontanément les développements de l’actualité brûlante». Elle dit ainsi avoir pris sa décision de se «retirer pour l’instant […] par respect pour le public et pour ses collègues».

Le directeur des relations publiques de la société d’État précise dans un courriel au Devoir que «c’est vraiment sa décision». Il ajoute que «seulement six téléspectateurs nous ont indiqué qu’ils estimaient que Liza Frulla ne pouvait plus continuer» son travail de commentatrice politique.

Morrow Communications


Le nom d’André Morrow a été évoqué jeudi devant la commission Charbonneau alors qu’il était question du système de dons illégaux aux partis politiques municipaux et provinciaux. Le procureur en chef adjoint, Me Denis Gallant, a déposé en preuve une facture provenant de Morrow Communications. Le témoin Yves Cadotte, vice-président principal de la firme SNC-Lavalin a déclaré qu’il s’agissait d’une «fausse facture». Le stratagème comptable exposé jusqu’ici aurait permis de blanchir de l’argent ensuite remis en pots de vin ou pour le financement illégal des formations politiques.

Le nom de M. Morrow avait déjà circulé en marge de la commission le mois dernier. Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, avait réclamé une enquête sur les contrats octroyés par le parti au pouvoir Union Montréal aux firmes Octane Stratégies et Morrow Communications.

Mme Frulla avait alors cherché à commenter l’information à l’émission Le Club des ex. L’animateur Simon Durivage l’avait rabrouée en ondes.

Normes journalistiques


Sur les réseaux sociaux vendredi, certains questionnaient déjà le délai pris par Radio-Canada pour retirer des ondes Mme Frulla, qui part de son propre chef en plus. Le code des Normes et pratiques journalistiques de la maison dit clairement: «La confiance du public est notre capital le plus précieux. Nous évitons de nous placer en situation de conflit d’intérêts réel ou potentiel. Cela est essentiel au maintien de notre crédibilité.»

Différentes personnalités liées au Parti libéral viendront maintenant remplacer la démissionnaire. Christos Sirros, ancien ministre des Ressources naturelles du gouvernement de Daniel Johnson, commentera dimanche sur les ondes de RDI le congrès à la chefferie du Parti libéral du Québec.

Michel Cormier, directeur général de l’information de Radio-Canada, a remercié Liza Frulla pour sa «passion» et a soutenu que son expérience à la tête de ministères importants à Québec et à Ottawa a constitué un «atout précieux» pour Radio-Canada et RDI. Il a dit «comprendre et accepter» les motifs de sa décision.

À voir en vidéo