Le diocèse de Québec défend Mgr Ouellet

Le nom du cardinal Marc Ouellet est apparu sur la liste noire d’une association de victimes de prêtres.
Photo: Gregorio Borgia AP Le nom du cardinal Marc Ouellet est apparu sur la liste noire d’une association de victimes de prêtres.

Le diocèse de Québec reproche à une association américaine de victimes de prêtres d’avoir traité de « salopards » le cardinal Marc Ouellet et onze autres cardinaux de l’Église.

 

Le Survivors Network of Those Abused by Priests (SNAP) a publié cette semaine une liste noire de cardinaux qui prendront part au conclave et qui sont accusés par le SNAP d’avoir étouffé des scandales sexuels au sein de l’Église. Les prélats sont présentés comme les « dirty dozen » en référence au film Les douze salopards.
 

« Aucun des douze cardinaux de la liste noire mérite de se faire traiter de salopard, a dit jeudi en conférence de presse Jasmin Lemieux Lefebvre, directeur des communications du diocèse. On peut diverger d’opinion. On peut questionner [sic] les positions de l’Église, mais je crois que, à quelques jours du conclave, on se doit d’élever le débat. »

 

Des excuses

Mais en soirée jeudi, le SNAP a présenté des excuses pour avoir employé l’expression « dirty dozen » pour décrire les 12 hommes. Dans une déclaration transmise par courriel, David Clohessy, l’un des trois employés du groupe, soutient que le SNAP est incapable de surveiller de quelle façon se traduit dans diverses langues le titre de ce film sorti en 1967.
 

Mgr Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, est « blacklisté » par le SNAP parce qu’il aurait tardé à demander la démission du cardinal écossais O’Brian, accusé personnellement d’abus sexuels. Le groupe américain lui reproche aussi de ne pas avoir rencontré les victimes de pédophilie dans son propre diocèse.
 

Le porte-parole du diocèse a aussi reproché à certains médias de rappeler que le frère du cardinal, Paul Ouellet, a plaidé coupable à des accusations d’agressions sexuelles sur mineur. « Bien sûr, les médias ont toujours la liberté de parole, mais moi, j’en appelle à la conscience des professionnels des communications, a dit M. Lemieux Lefebvre. S’il vous plaît, cessez de mentionner le frère du cardinal Ouellet comme étant une ombre au tableau du cardinal. Le frère du cardinal a payé sa dette à la société. »

 


Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo