Le doc Mailloux encore blâmé

Photo: Source Radio-Canada

Le docteur Pierre Mailloux est encore blâmé pour des opinions jugées discriminatoires. Le Conseil de presse du Québec (CPQ) vient de rendre publique une décision qui retient une plainte pour « propos racistes, haineux et expressions de préjugés ».


Les opinions offensantes visant la communauté arabe en général et le député Amir Khadir en particulier ont été exprimées sur les ondes de CHOI 98,1 Radio X, également condamné par le tribunal d’honneur de la profession journalistique.


Touhami Rachid Raffa a porté plainte le 5 juillet 2012 au sujet d’un échange entendu le 15 juin entre le « doc » Mailloux, abonné aux controverses médiatiques, et Mario Tremblay, animateur de l’émission Le show tard de la station de Québec. Le psychiatre parlait de ce qu’il croyait être la culture d’origine de M. Khadir, né en Iran. Les Iraniens ne sont pas des Arabes.


« J’ai une hantise pour les Arabes et la culture arabique, maghrébine, a-t-il dit. Écoute, pour moi, là, ce sont des peuples profondément tarés […] Tsé, c’est du cannibalisme familial, c’est du cannibalisme, pas au sens propre, mais ça se dévore littéralement. Ç’a aucun respect, ah… ça sent pas bon, dans tellement de familles, leur culture est malsaine. »


Le Conseil juge donc que M. Mailloux a « alimenté des préjugés et attisé le mépris envers la communauté arabe ». L’animateur est considéré comme « conjointement responsable de la faute, pour avoir toléré de tels propos dans son émission ». La chaîne est blâmée pour son refus de collaboration aux démarches du tribunal d’honneur.


Le « doc » Mailloux a été blâmé l’an dernier par le Conseil canadien des normes de radiotélévision (CCNR) pour des propos jugés « méprisants et dégradants envers les gens d’origine haïtienne ». Il avait reçu d’autres réprimandes officielles en 2005 pour des commentaires offensants tenus en ondes envers les Noirs.


Une autre décision récente du CPQ retient une plainte contre Le Devoir. Raymond Hudon reproche à une chronique du 28 avril 2012 de l’avoir mal cité dans un extrait lui faisant dire que « les jeunes ne s’intéressent pas à la politique et n’ont plus le goût de l’engagement ». M. Hudon a écrit le contraire en introduction d’un livre sur le sujet. La plainte pour « informations inexactes et incomplètes » est donc retenue, comme celle pour refus du droit de réplique.

À voir en vidéo