L’UQAM crée un bac en médias numériques

Action, réaction. Le monde des communications change et le balcon d’observation universitaire s’adapte. À preuve, la création à l’UQAM d’une nouvelle concentration du baccalauréat en communication entièrement consacré aux médias numériques.


Il s’agit d’une primeur québécoise et peut-être même nord-américaine.


Les candidats intéressés peuvent déposer leur demande d’admission dès maintenant. Une première cohorte d’environ 60 étudiants sera admise en septembre.


« C’est pour nous une manière de reconnaître les digital natives, les jeunes nés dans le numérique, dit le pilote du programme, le sociologue des médias André Mondoux, de l’École des médias. C’est aussi une manière de reconnaître la force incontournable que représentent les médias numériques. On ne peut plus s’empêcher de faire une réflexion approfondie sur la technique numérique et sur la convergence qu’elle induit. »


Le professeur Mondoux et ses collègues ont mis deux ans à développer ce programme. La formation offerte concerne « la théorie de la communication médiatique » et « l’étude des contextes médiatiques ». Les cours portent sur le droit de l’informatique, l’approche économique des médias, l’architecture des réseaux, la convergence numérique des médias, l’analyse des jeux vidéo ou la mobilité et la surveillance.


L’idée n’est pas d’abord et avant tout de former des praticiens des nouveaux médias, webmestre ou designer de sites par exemple. La formation s’adresse à des étudiants qui veulent « comprendre et analyser les médias numériques en prenant en compte leurs dimensions sociales, politiques, économiques et technologiques et leurs divers domaines et contextes d’application ».


Les futurs diplômés pourront par exemple devenir directeurs des contenus en ligne pour un organisme. « Nous voulons former des agents de communication aguerris qu’une formation spécifique trop spécialisée ne permet pas d’offrir, explique M. Mondoux. Imaginez, au sein d’un gouvernement, d’une compagnie ou d’un syndicat, des professionnels chargés d’élaborer des stratégies d’intervention. Ils ne conçoivent pas les sites Web. Ils n’animent pas les communautés réseautées. Mais ils peuvent comprendre et analyser les multiples et complexes enjeux de la présence en ligne. »

1 commentaire
  • Elfriede - Abonnée 11 janvier 2013 11 h 22

    bac

    UQUAM porte en elle une propension vertigineuse vers l'inutile couteux. Ce nouveau bac en medias numeriques conduira de nombreux(ses) etudiants(es) dans le broullard le plus complet. L'Uquam est au bord du precipice et comme dirait ce bon Camille Samson: "l'UQUAM est au bord du gouffre, avec elle faisons un pas en avant."