Le Conseil de presse blâme Richard Martineau

Le Conseil de presse du Québec (CPQ) retient une plainte pour « information inexacte, propos discriminatoires et préjugés » formulée contre le chroniqueur Richard Martineau du Journal de Montréal (JdeM). Le tribunal d’honneur a rendu sa décision le 21 septembre dans ce dossier.


La plainte déposée le 24 avril dernier par Maxime Dufour visait M. Martineau et le JdeM à la suite d’une chronique publiée le même jour sous le titre « La CLASSE ou la CASSE ? » Le plaignant reprochait au chroniqueur d’avoir attribué à la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) la phrase suivante : « Nous sommes des citoyens responsables, nous appuyons seulement le vol et le vandalisme, pas les agressions physiques… ».


M. Dufour a souligné qu’il est faux de prétendre que la CLASSE appuie le vol et le vandalisme, qu’elle ne les a en fait jamais cautionnés. Il a ajouté que la Coalition défend plutôt l’idée d’évaluer au cas par cas les actions de désobéissance civile.


Dans son jugement, le CPQ donne raison au plaignant. Le tribunal note que le chroniqueur « justifie son affirmation en présentant une citation qu’il invente de toutes pièces, induisant ainsi le lecteur en erreur ». La décision ajoute qu’« en publiant des affirmations qui déformaient [la] réalité, le chroniqueur a véhiculé des propos discriminatoires et des préjugés envers les membres de cette coalition étudiante ».


Le Journal de Montréal a refusé de répondre à la plainte et de participer au processus de son examen. La publication reçoit donc en plus un blâme pour cet entêtement.


Le JdeM appartient à Quebecor qui a décidé de se retirer du Conseil de presse en 2010, lui reprochant des décisions jugées « arbitraires » et « biaisées ». Le président du Conseil, le juge à la retraite John Gomery, a suggéré au gouvernement de légiférer pour forcer toutes les entreprises médiatiques à intégrer son organisme et à participer à ses prises de décisions. Quebecor a ensuite menacé de contester la constitutionnalité de toute législation qui irait dans ce sens. The Gazette est du même avis.


***
Ce texte a été modifié après publication

À voir en vidéo