Le compte Twitter de la Suède remis aux citoyens

C'est la démocratie numérique poussée à son extrême. Depuis quelques semaines, la Suède a décidé de remettre les clefs de son compte Twitter officiel (@Sweden) à un groupe de simples citoyens qui se succèdent chaque semaine pour construire l'image numérique du pays diffusée à l'étranger. Une initiative remarquée sur la scène internationale, rapporte le quotidien Dagens Nyheter, repris par Courrier international, qui vient alimenter le vaste projet de modernisation du gouvernement par le numérique amorcé par l'État scandinave.

Le bureau de promotion du tourisme, Visit Sweden et l'Institut suédois, chargé de faire la promotion de la Suède à l'étranger, sont à l'origine de ce projet qui a pris son envol en décembre dernier. Chaque semaine, un nouveau citoyen assure à tour de rôle la diffusion de l'information sur la page Twitter de la Suède, et ce, en anglais. À ce jour, un éditorialiste, un éleveur de moutons, un pasteur, un jeune banlieusard et une «routière lesbienne» — c'est elle qui se présente ainsi — sont devenus les voix numériques de la Suède, par l'entremise du site de microclavardage.

Cette semaine, le compte @Sweden est piloté par une mère de famille de 38 ans, Annakarin Johanson, professeure de suédois à l'École internationale de Stockholm et ancienne actrice qui dit avoir «trouvé son chemin, finalement, dans l'éducation». Les prochains détenteurs temporaires de ce compte ne sont pas encore connus, la liste des responsables à venir étant tenue secrète, précise dans les pages du quotidien Maria Ziv, responsable du marketing à Visit Sweden tout en rappelant que le gouvernement veut toutefois témoigner, par l'entremise de ces citoyens, de la diversité sociale et culturelle du pays, tout en respectant une bonne répartition géographique.

Hier, la vitrine numérique de la Suède sur Twitter comptait pas moins de 26 000 abonnés. Fin décembre, il y en avait moins de 8000. Les animateurs censés représenter le pays sont libres d'y diffuser l'information qu'ils veulent, mais doivent respecter quelques règles: «les propos racistes et les attaques personnelles sont prohibés». Impossible aussi «de faire la promotion» de produits ou de services. Qui plus est, s'ils veulent exprimer des opinions politiques, ils peuvent le faire en utilisation toutefois le mot-clic — ces marqueurs de sujets dans Twitter — #myownopinion (#monopinionpersonnelle).

Jusqu'à maintenant, les responsables gouvernementaux, qui disent suivre de près les conversations qui se déroulent sur ce compte Twitter, avouent ne pas avoir eu besoin d'intervenir pour modérer les propos.
1 commentaire
  • Sylvain Auclair - Abonné 24 janvier 2012 10 h 09

    Pourquoi en anglais?

    Le nom officiel de la Suède n'est-il pas Sverige?