Médias - Un blâme du Conseil de presse

Le Conseil de presse du Québec juge qu'une chronique publiée l'été dernier dans Le Journal de Québec et Le Journal de Montréal a «dénigré l'ensemble des ingénieurs». Le tribunal d'honneur retient donc la plainte «pour informations inexactes et méprisantes» déposée par le Syndicat des professionnels et des professionnelles du gouvernement du Québec (SPGQ).

Le texte en question, signé par le chroniqueur Jacques Samson, s'intitule «Les vautours». Il est paru dans les deux quotidiens de Quebecor le 6 août 2011, quelques jours après la chute de blocs de béton dans le tunnel Viger, à Montréal.

M. Samson y décrit les ingénieurs du gouvernement de «derniers de classe» en notant que «les beaux défis professionnels se trouvent dans le secteur privé». Il ajoute: «Le secteur public hérite maintenant des jeunes professionnels qui n'ont pu décrocher un emploi dans une firme privée.»

Il demande ensuite aux dirigeants syndicaux du secteur public de cesser de «clamer qu'ils parlent au nom de la crème des différentes professions, que leurs membres n'ont que l'intérêt public pour maître». Puis le texte se conclut avec cette allégorie: «En somme, dans le cas du ministère des Transports [il s'agit] de faire corriger les devoirs de bolés par des derniers de classe».

La plainte a été déposée par Gilles Dussault, président du SPGQ. Le Conseil de presse retient le grief pour «informations inexactes et méprisantes» en précisant que M. Samson «utilise un ton et des propos méprisants, sans nuance, dans la mesure où il dénigre l'ensemble des ingénieurs du gouvernement».

Le chroniqueur et la direction des journaux n'ont pas participé à l'exercice d'examen de la plainte. Quebecor s'est retirée du Conseil de presse du Québec en 2010.

À voir en vidéo