Wikipedia en anglais proteste contre une loi antipiratage

La fondation Wikipedia a fait valoir dans un communiqué que la une loi anti-piratage examinée par le Congrès américain «causerait du tort à l’Internet gratuit et libre et fournirait de nouveaux outils de censure des sites internationaux aux États-Unis».
Photo: La fondation Wikipedia a fait valoir dans un communiqué que la une loi anti-piratage examinée par le Congrès américain «causerait du tort à l’Internet gratuit et libre et fournirait de nouveaux outils de censure des sites internationaux aux États-Unis».

Washington — L’encyclopédie collaborative en ligne Wikipedia a annoncé hier soir qu’elle suspendrait l’accès à sa version anglophone sur le Web toute la journée de demain pour protester contre une loi antipiratage examinée par le Congrès américain.

Wikipedia, qui reçoit des millions de visites chaque jour, est considérée comme l’un des sites Web les plus populaires d’Internet.

La fondation Wikipedia a fait valoir dans un communiqué que la loi «causerait du tort à l’Internet gratuit et libre et fournirait de nouveaux outils de censure des sites internationaux aux États-Unis».

D’autres acteurs de poids d’Internet, comme Google, Facebook, Yahoo, Twitter, eBay et AOL sont vent debout contre la nouvelle législation. Plusieurs communautés en ligne, dont Reddit et Boing Boing, ont également prévu des opérations écran noir.

La loi contre le piratage en ligne, «Stop Online Piracy Act» examinée par la Chambre des représentants et celle sur la protection de la propriété intellectuelle soumise au Sénat sont destinées à lutter contre la vente de produits américains piratés à l’étranger.

Les industries cinématographique et musicale soutiennent ces législations, mais ses détracteurs affirment qu’elles vont à l’encontre de la liberté d’expression et nuiraient à l’industrie technologique. Ils s’inquiètent notamment de dispositions qui selon eux affaibliraient la cybersécurité des sociétés.

La disposition la plus controversée est celle du texte présenté à la Chambre des représentants, qui autorise les autorités fédérales à inscrire sur liste noire des sites accusés de distribuer des contenus piratés. Des portions entières de la toile seraient ainsi inaccessibles aux internautes américains, mais les chefs de file du Congrès semblent reculer sur ce point.

Le gouvernement Obama a déclaré ce week-end qu’il travaillerait avec le Congrès pour trouver un équilibre législatif entre la lutte contre le piratage et la contrefaçon d’un côté, et la protection de la liberté d’expression, de la vie privée, de la sécurité et de l’innovation sur Internet.

Wikipedia compte suspendre l’accès à sa version anglaise de ce soir, minuit, heure de la côte Est jusqu’à demain, minuit.

Wikipedia a déjà recouru brièvement à l’écran noir par le passé, mais sur sa version italienne, pour protester contre un projet de loi de censure d’Internet du gouvernement Berlusconi, qui n’a pas été adopté.

2 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 17 janvier 2012 14 h 39

    Est-ce que l'on comprend bien ?

    Cette législation serait destinée à lutter contre la vente de produits américains piratés à l’étranger. C'est pas fini s'ils veulent contrer le piratage. En Chine notamment le piratage des produits est pratiquement un sport national.

    Sans tomber dans la pensée magique on peut croire que les produits culturels américains ont de mois en moins la cote. Même si par ici on se noie dans ces produits qu'on nous impose. Et dans la culture qu'ils drainent dans leur sillage.

    Mais le monde est vaste heureusement. Et l'Amérique est en perte de vitesse. Il est à espérer que bientôt ils ne puissent plus faire la loi et comme bon leur semble partout, incluant sur la toile.

    C'est une curieuse consolation que de savoir que demain vu que les anglais vont devoir se rabattre sur d'autres cultures pour savoir ce qu s epase, peut-être vont-ils s'apercevoir enfin, qu'ils ne sont pas seuls au monde.

  • Alexandre Rochefort - Inscrit 19 janvier 2012 11 h 11

    @Gilles Théberge

    Pour être très exacte, ce programme donnerait droit au gouvernement de bloquer l'accès (aux américains) aux sites qu'ils jugent enfraindre la loi, de leurs couper tout accès de paiement par cartes américaines (American Express, MasterCard). Cela leur donnerai aussi un droit sur les sites légitimes, exemple, sur Youtube un vidéo de bébé tourné par son père, en arrière-plan, on peut entendre un morceau de Rihanna je crois. Bien, ce nouveau programme donnerait le droit au gouvernement de bloquer la vidéo parce qu'il contient un morceau sans le Copyright. Aussi dans tous les commentaires des sites, tous liens qui donne sur un site jugé "illégal" serait retirer. Un peine de 5 ans pourrait être donnée à tout journalistes qui expliqeraient comment pirater un film.

    En bref, le gouvernement américain veut contrôler l'internet entier en son pays, heureusement que nous ne sommes pas américains, mais ce qui fait peur, c'est que généralement au Canada, nous sommes très bons pour imiter les américains.

    Le pire c'est que les pirates trouveraient des façons encore plus détournées pour continuer leur manège, ce qui affecterait d'avantages la sécurité sur internet qui est déjà dans un mauvais état.