Radio-Canada: Gilles Duceppe se retire

Photo: Jacques Nadeau – Le Devoir

Gilles Duceppe ne sera finalement pas chroniqueur à la nouvelle émission Médium large de la Première chaîne de Radio-Canada. Le retrait de l’ex-politicien découlerait d’un «malentendu sur la nature de son mandat», selon un communiqué émis par la Société d’État.

Selon cette source, l’équipe de la nouvelle émission animée par Catherine Perrin aurait d’abord proposé à M. Duceppe de parler «en toute liberté» de sujets liés à la culture, à la science ou à sport. Le chef démissionnaire du Bloc québécois préférait traiter actualité et politiques publiques.

Or, le code déontologique de Radio-Canada exige un délai de deux ans avant d’engager comme commentateur de «débats publics» une personne venant de quitter la politique active, ce dont M. Duceppe n’aurait été informé qu’après le début des négociations avec l’équipe de la nouvelle émission. D’où le malentendu et le retrait de la vedette.

Cette volte-face fera plaisir aux opposants à son embauche, pour d’autres raisons, notamment au Canada-anglais où l’annonce du recrutement du leader indépendantiste par l’entreprise fédérale a suscité un tollé de protestations au cours des deux derniers jours. Des chroniqueurs du Québec francophone en ont rajouté.

«Ça fait 20 ans que monsieur Duceppe louange les vertus de la souveraineté sur une plate-forme fédéraliste...», a écrit aujourd’hui Richard Martineau, avant l’annonce du retrait du chroniqueur-vedette, sur son blogue Franc-Parler de canoë.ca. «C’est comme un végétarien qui accepte de flipper des boulettes de viande hachée au MacDo. [...] Et ne me dites pas que M. Duceppe a besoin de gagner sa vie: il touche une pension de 140 000 $ par année. Avait-il vraiment besoin de s’associer à Radio-Can?»

L’émission Médium large, diffusée du lundi au vendredi de 9h à 11h, à compter de la semaine prochaine, sera animée par Catherine Perrin. Une dizaine de chroniqueurs réguliers seront intégrés à l’équipe du magazine socioculturel. Mme Perrin elle-même avait annoncé par l’entremise de Twitter l’embauche de M. Duceppe, après la conférence de presse de dévoilement de la programmation d’automne de Radio-Canada, organisée lundi matin. Les discussions finales entre les deux parties ayant mené au constat du «malentendu» auraient eu lieu après ce gazouilli autopromotionnel.
10 commentaires
  • Martel Jean - Abonné 17 août 2011 17 h 42

    Encore une fois...

    M. Duceppe aurait dû une fois de plus, consulter son épouse avant d'aller trop loin...

  • Roland Berger - Inscrit 17 août 2011 17 h 48

    Envie

    La pension de Gilles Duceppe est-elle supérieure au revenu de Richard Martineau ? Seul cette grande gueule et les chroniqueurs de journaux anglophones se scandalisent de la pension de Gille Duceppe. Il a pourtant mérité autant que les têtes carrées et leurs valets (je pensais à Charest, mais c'est pas fin!).
    Roland Berger

  • France Marcotte - Abonnée 17 août 2011 18 h 16

    Voie de garage

    Monsieur Duceppe a certainement mieux à faire que d'aller parler "en toute liberté"...de culture, de science et de sport, mais pas de ce pour quoi il serait présentement le plus utile: l'actualité politique.
    Dans un mois, on l'aurait vu en train cuisiner des sushis avec un bonnet sur la tête et faire le guignol à un jeu questionnaire.
    Il y a plusieurs façons de tuer un homme.
    Vous l'avez échappé belle monsieur.

  • Du Caurroy - Abonné 17 août 2011 18 h 24

    La vertu à cheval (ou joual, au choix)

    Une fois n'est pas coutume, mais là je suis bien d'accord avec Monsieur Berger! et pas mal moins avec Martineau.

  • JAMAIS UN QUeBEC PAYS - Inscrit 17 août 2011 19 h 47

    Il aurait aimer parler politique

    Mais le mandat de radio Canada n'est pas de laisser des séparatistes faire la promotion de leur option à nos frais.