Jacques Languirand est suspendu par Radio-Canada pour ses propos «injurieux»

Photo: Jacques Nadeau – Le Devoir

Radio-Canada a annoncé aujourd'hui la suspension du contrat de l’animateur Jacques Languirand au lendemain d’une sortie jugée inacceptable par la direction.

Dans une note interne transmise par les Services français de la société d’État, on peut lire qu’«au cours du lancement de la radio qui se tenait hier (lundi), Jacques Languirand, animateur à la Première Chaîne, a tenu publiquement des propos particulièrement injurieux à l’égard de certains collègues et du service des communications».

«À la suite de cet esclandre, Patrick Beauduin, directeur général de la radio, annonce que le contrat qui lie Radio-Canada à M. Languirand est suspendu. De même, l’entrée en ondes de son émission "Par quatre chemins" est reportée jusqu’à ce que l’étude du dossier se rapportant aux événements survenus soit complétée.»

Selon les informations publiées aujourd'hui dans le quotidien Le Devoir, le vieux routier a critiqué avec véhémence les responsables des communications de la radio, à qui il reprochait d’avoir oublié de l’inclure dans l’émission de dévoilement de la programmation radio 2011-2012.

«Ces imbéciles [...] ont oublié de me mettre sur ce plateau alors que, cette année, j’entreprends ma 41e saison de l’émission "Par quatre chemins"», a-t-il lancé avant de faire un doigt d’honneur devant une dizaine de ses collègues et les patrons de la boîte.

Quelques heures après l’événement, le journaliste François Bugingo s’est porté à la défense de l’animateur par l’entremise d’un réseau social. «Chapeau bas au plus grand des esprits libres de nos médias, Jacques Languirand, qui n’a pas hésité à bousculer le lancement de Radio-Can», peut-on lire sur son fil Twitter.

Le réalisateur Yves Simoneau s’est aussi rangé du côté de l’animateur: «40 années qu’il nous fait réfléchir mais on dirait que quelqu’un n’a pas pris le temps de penser longtemps avant de suspendre Mr Languirand!», a-t-il dénoncé aujourd'hui sur Twitter.

Mais la chef de la promotion de Radio-Canada, Nathalie Moreau, estime pour sa part que Jacques Languirand «avait tout le loisir d’accorder des entrevues aux journalistes qui étaient présents».

Elle a refusé de jeter le blâme sur le service des communications de la société d’État, celui-là même qui a été vilipendé par l’animateur. «M. Languirand a été invité à l’événement de presse par Radio-Canada. Nous n’émettrons aucun autre commentaire que ce qui est indiqué dans la note [qui a circulé à l’interne]», a tranché Mme Moreau.

L’entrée en ondes de l’émission est donc reportée «jusqu’à ce que l’étude du dossier qui se rapporte aux événements soit complétée», a réitéré Mme Moreau, qui a refusé de préciser si Jacques Languirand touchera son salaire pendant la durée de la suspension.

Quant à M. Languirand, «il n’émettra pas de commentaires», a tranché une des ses collaboratrices lorsque La Presse Canadienne a tenté de le joindre par téléphone.

À voir en vidéo