Médias - L'hebdomadaire Le Canada français de Saint-Jean-sur-Richelieu est acheté par Transcontinental

Plutôt que rester pris entre les feux nourris de la guerre des hebdos régionaux que se livrent Quebecor et Transcontinental, le journal indépendant Le Canada français de Saint-Jean-sur-Richelieu préfère se rallier à l'un des conglomérats. Transcontinental a annoncé hier l'acquisition de l'hebdomadaire fondé en 1860 ainsi que les dix autres médias régionaux qui lui sont rattachés.

Jusqu'ici, Le Canada français étalait son indépendance avec fierté, se félicitant sur son site Web d'échapper «aux tentacules des grands conglomérats de la presse». Une mention retirée peu après l'annonce hier matin.

L'indépendance était devenue trop risquée. Sans relève, les trois actionnaires du Groupe Le Canada français, Robert Paradis, Maryse Racicot-Gagnon et Renel Bouchard, ont préféré passer le flambeau. «Ce n'était plus possible d'être indépendant», dit M. Bouchard. Aussi, plutôt que de voir «péricliter» le journal, «on préférait le transférer à un groupe capable [d'affronter la concurrence]», principalement sur le terrain de la publicité. «Depuis un an, la guerre des hebdos est rendue sur la Rive-Sud. Quebecor a des ambitions du côté de Saint-Jean et Granby. On savait qu'on faisait partie des étapes subséquentes de la guerre des hebdos qui fait rage au Québec. On n'a pas les ressources pour concurrencer», a-t-il expliqué au Devoir hier, alors qu'il quittait à regret un média pour lequel il travaille depuis 38 ans, dont plusieurs années à titre de directeur général. Une journée «émotive» pour lui et les journalistes qu'il dirigeait.

Nouvelle avancée de la concentration

Il observait avec inquiétude l'arrivée de Quebecor sur son territoire. Après avoir avalé les 15 journaux des Hebdos montérégiens en février, Quebecor veut maintenant s'implanter à Saint-Jean-sur-Richelieu et Granby, comme le confirme une offre d'emploi publiée sur le Web et dans Le Journal de Montréal. «Dans le cadre du développement de nouvelles publications à Saint-Jean-sur-Richelieu, Granby et les environs, Sun Media, une compagnie de Quebecor Media, est à la recherche de candidatures pour combler les postes suivants: journalistes multiplateformes et pigistes», indique l'annonce.

La concentration de la presse poursuit donc sa progression au Québec. En faisant l'acquisition du Groupe Le Canada français, Transcontinental met aussi la main sur Le Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu, Le Coup d'oeil de Napierville, L'Express de Granby, L'Avenir & Des Rivières de Farnham et Le Guide de Cowansville, ainsi que des portails d'information régionale sur le Web, portant à 85 le nombre de ses hebdos.

Les médias visés par la transaction embauchent 160 personnes. Les emplois dans les salles de rédaction seront maintenus, confirme Transcontinental. «On est en confiance avec ce groupe, dit M. Bouchard. Le plus important pour nous, c'est la continuité: on a une assurance que la qualité de nos produits va être maintenue, ils n'achètent pas ça pour les défaire.»

Pour la présidente de Transcontinental, Nathalie Larivière, il était «naturel» d'acheter Le Canada français, un «joyau». «On les imprimait, on les connaît bien: tant qu'il n'y avait pas de relève, on disait qu'on était intéressés. Ça vient compléter notre stratégie sur la Rive-Sud, puisqu'on n'était pas présents dans l'axe de la 10 de Longueuil à Magog, pour ne pas les concurrencer. C'est normal maintenant qu'ils nous transfèrent le flambeau.» Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé.
7 commentaires
  • Jeannot Duchesne - Inscrit 2 août 2011 07 h 47

    Qu'est-ce que ça changera?

    Il n'y avait aucune critique dans ce journal, on n'écrivait que ce que les les décideurs voulaient qu'on lise. On était toujours bien rangé du côté du pouvoir.

  • jean delarue - Inscrit 2 août 2011 08 h 07

    Qu'il se lève celui qii est différent!!!

    Je n'en connais qu'un seul et il ne paraît que quatre fois l'an. Il s'agit du MOUTON NOIR édité dans le Bas-Laurent. Vous avez bien raison monsieur Duchesne.

  • Stéphane Vigneault - Abonné 2 août 2011 08 h 10

    La fin d'un modèle

    Cette nouvelle donne une toute autre couleur à cette entrevue qu'accordait le maintenant ex-DG du Canada français, M. Renel Bouchard, à Gatinorama (épisode «Ville sans quotidien»: http://bit.ly/gHd8P8).

  • Ante circus - Inscrit 2 août 2011 09 h 16

    Un choc tout-de-même

    Le passage du Groupe Le Canada Français à Médias Transcontinental était peut-être prévisible dans la guerre que se livrent les deux géants, reste que c’est un choc puisque Le Canada Français était lié à une longue histoire d’indépendance journalistique et qu’une fois le changement de propriétaires conclu, rien ne garantit le maintien de ses valeurs premières. C’est aussi le signal que les petits hebdos indépendants qui restent seront de plus en plus fragiles, dans une industrie qui divise la carte du Québec en deux, les Quebecoriens et les Trancontinaliens. Longue vie aux Devoiriens!

  • Stéphane Leclair - Abonné 2 août 2011 12 h 48

    Ça changera tout plein

    Monsieur Duchesne, je suis conscient que le Canada Français n'est pas un journal Révolutionnaire avec un grand R, mais vous charriez en prétendant qu'il se range toujours du côté du pouvoir. Il ne s'est pas gêné pour mettre en évidence des scandales au niveau municipal, il a ouvert ses pages aux gens qui voulaient protéger le bois Douglas l'an dernier, etc. Reste à voir ce qu'il restera de son indépendance après deux ou trois ans chez Transcontinental.