Médias - Pas de signatures au Soleil

Pour protester contre le cul-de-sac qui persiste dans les négociations avec leur employeur, les journalistes du Soleil ont fait la grève des signatures hier.

Au terme d'une année de discussions stériles, les 200 employés de la rédaction estiment être dans une impasse.

Malgré la réduction prévue de 40 postes par attrition, la direction du quotidien qui appartient à Gesca, la filière médiatique de Power Corporation, réclame des concessions

similaires à celles imposées aux employés de La Presse en 2009. L'intervention récente du conciliateur ne semble pas avoir réussi à rapprocher les parties.

La direction du Soleil réclame de ses employés une bonification de la semaine de travail de 32,5 heures à 35 heures, réparties sur cinq jours plutôt que quatre, sans rémunération additionnelle, ainsi qu'un gel salarial de trois ans. Les clauses normatives ont été réglées à l'automne. Des pourparlers difficiles se poursuivent aussi à La Tribune, le seul autre des sept quotidiens du groupe Gesca toujours en négociations.