Le quotidien 24 Heures obtient le contrat d'exclusivité de la STM dans le métro

Photo: - Le Devoir
Jusqu’à maintenant, c’est le journal Métro, lancé en 2001, qui était distribué dans le réseau de transport en commun souterrain. Son contrat prend officiellement fin le 31 décembre prochain.

Les deux entreprises avaient pris part à l’appel d’offres public lancé le 27 septembre dernier. La STM a indiqué que Sun Media, qui chapeaute le 24 Heures, avait fait la proposition «la plus avantageuse pour la STM et sa clientèle».

D’après sa porte-parole, Odile Paradis, la STM a basé son évaluation des soumissions sur trois critères: le prix, l’accès potentiel à d’autres «plateformes» de communication ainsi que l’engagement du journal envers le recyclage.

La STM ne nie pas avoir été séduite par l’éventail de médias de Quebecor, qui lui permettra de rejoindre une plus vaste clientèle potentielle.

«On pourrait se retrouver avec des messages de nature institutionnelle ou pour encourager les gens à prendre le transport collectif sur les différentes plateformes de la Corporation Sun Media», a fait valoir Mme Paradis.

En plus du 24 Heures, cette entité chapeaute le Journal de Montréal —dont les employés sont en lock-out depuis 23 mois— ainsi que les journaux de la chaîne Sun, au Canada anglais. Sun Media fait partie de l’empire Quebecor, qui comprend le réseau de télévision TVA, le portail Internet canoë et plusieurs magazines.

La STM disposera d’une page de contenu dans chacune des éditions du quotidien, comme c’était le cas dans Métro.

Dans un communiqué, le pdg de Quebecor Media, Pierre Karl Péladeau, s’est dit très heureux que son entreprise ait été choisie par la STM.

«Ce partenariat de distribution avec la STM nous permettra de rejoindre la totalité des usagers du métro, et ce, durant toute la journée. Nous comptons ainsi poursuivre et accélérer la croissance exceptionnelle que connaît le 24 Heures depuis son lancement en 2001», a ajouté l’éditrice du quotidien gratuit, Christianne Benjamin.

Le 24 Heures est déjà disponible à l’entrée de la plupart des stations de métro de même que dans les gares des trains de banlieue.

Le journal Métro fait aussi partie d’un grand groupe de presse, Metro International. Selon le site web de l’entreprise, la chaîne publiait l’an dernier 57 quotidiens dans 19 pays et 15 langues différentes.

Son édition montréalaise est produite en partenariat avec Transcontinental et Gesca. Sur son fil Twitter, le journal Métro vient d’indiquer que «vous continuerez de nous trouver partout avec encore plus de camelots à l'extérieur». 

À voir en vidéo