Grande-Bretagne - Le Russe Lebedev lance un nouveau quotidien, un pari osé dans un marché de la presse déprimé

Londres — Le milliardaire russe Alexandre Lebedev, déjà propriétaire de trois journaux anglais, a lancé hier i, un nouveau quotidien payant au Royaume-Uni, le premier en près de 25 ans, faisant ainsi le pari osé de s'implanter dans un marché de la presse déprimé.

Le nouveau quotidien est vendu 20 pence (environ 33 ¢). De format tabloïde, son nom fait référence au quotidien The Independent, dont il est une version «allégée». The Independent avait été racheté pour une livre symbolique en mars dernier par M. Lebedev, ainsi que sa version dominicale The Independent on Sunday.

Offrant sur 56 pages un condensé des articles du Independent, il cible le lecteur pressé. Ses deux premières pages sont ainsi consacrées à une «matrice de l'actualité», qui présente en quelques lignes et colonnes ce qui s'est passé dans le monde. i ne dispose pas de ses propres journalistes, mais utilise ceux du Independent.

«Il est destiné aux lecteurs de journaux de qualité qui veulent une lecture digeste et plus facile... Il s'agit d'une vue d'ensemble» de l'actualité, a expliqué à la radio BBC 4 le rédacteur en chef du Independent.

Le nouveau journal arrive dans un marché déjà saturé, qui comprend une douzaine de quotidiens payants et une poignée de gratuits. La diffusion de la presse nationale a de plus reculé de près de 6 % cette année, à quelque 10 millions d'exemplaires par jour.

«Je suis très, très inquiet quant à l'avenir des journaux», a déclaré Kelvin Mackenzie, ancien rédacteur en chef du Sun, quotidien le plus vendu de Grande-Bretagne avec près de trois millions d'exemplaires. M. Mackenzie a sérieusement douté que i «puisse rivaliser avec l'Internet et la vidéo».

«Les gens continuent à lire des journaux... Nous sommes très confiants», a répondu Simon Kellner à la BBC.

i est perçu par certains observateurs comme le chant du cygne du Independent, dont la diffusion a chuté de plus du quart en trois ans, à 183 000 exemplaires.

Alexandre Lebedev n'en est cependant pas à son coup d'essai: il avait racheté en 2009 le quotidien en difficulté The Evening Standard, pour en faire un gratuit. Sa diffusion a depuis bondi, passant de 140 000 à près de 700 000 exemplaires, ce qui lui a permis d'attirer 30 % de publicité supplémentaire à des taux plus élevés.