Péladeau tente d'éteindre les feux autour de SunTV

Pierre Karl Péladeau<br />
Photo: - archives Le Devoir Pierre Karl Péladeau

Ottawa — Changement de cap et de ton dans le dossier de la nouvelle chaîne d'informations SunTV. Pierre Karl Péladeau a annoncé hier que Quebecor renonce à demander au CRTC que la chaîne soit obligatoirement offerte à tous les abonnés du câble. Il a aussi promis que SunTV ne sera pas une «Fox News du Nord», carburant à la propagande idéologique.

Dans un discours présenté devant le Cercle canadien d'Ottawa, M. Péladeau s'est employé à éteindre les feux allumés depuis que Quebecor a dévoilé son intention de créer un réseau de nouvelles ouvertement campé à droite. Son intervention survient deux semaines après le départ fracassant de Kory Teneycke, l'ancien directeur des communications de Stephen Harper qui était responsable de la mise sur pied du réseau.

M. Teneycke avait avoué en démissionnant que sa présence avait «enflammé» le débat et «envoyait une fausse image de ce que SunTV aspire à être».

C'est dans ce contexte que Pierre Karl Péladeau est venu calmer le jeu hier. Tant sur le plan du contenu, des liens politiques de SunTV que des demandes de Quebecor au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications (CRTC), le président et chef de la direction s'est voulu rassurant.

Pierre Karl Péladeau a d'abord affirmé que SunTV sera à la télévision ce que les journaux du groupe SunMedia sont à la presse écrite. Un média de droite, mais dont ce n'est pas la première caractéristique. «Est-ce que le Toronto Sun est à droite? La réponse honnête, c'est oui, et tout le monde sera d'accord là-dessus», a dit M. Péladeau.

«Mais ce serait une simplification de dire que le Toronto Sun n'est que ça. Les journaux de Sun peuvent être décrits comme étant populistes, irrévérencieux, parfois provocateurs, mais toujours proches de leurs lecteurs», a fait valoir M. Péladeau.

Il a ensuite affirmé qu'il «n'y a aucune connexion entre SunTV et Fox News», et que ceux qui craignent des dérives éditoriales comme il s'en trouve à Fox oublient que Quebecor n'a «jamais publié ou mis en onde de propagande haineuse».

M. Péladeau a aussi juré qu'il «n'y a pas d'entente secrète entre le gouvernement Harper» et Quebecor pour «créer un réseau de droite en échange d'un financement du fédéral dans un aréna à Québec». Il a finalement réfuté sur le même ton l'existence «de pressions énormes» que ferait Quebecor sur le CRTC pour qu'il accepte sa demande de licence.

En point de presse, M. Péladeau a indiqué qu'il aurait été «irresponsable de ne pas répondre» aux interrogations soulevées par son projet. «Ça a fait beaucoup de bruit, et pour des raisons complètement injustifiées et inacceptables», a-t-il dit en parlant des craintes que SunTV fasse la propagande d'idées haineuses ou qu'il soit à la remorque du gouvernement Harper.

M. Péladeau n'a pas voulu dire s'il croyait ou non que Kory Teneycke a envenimé le débat en participant à des échanges musclés à la télévision ou en multipliant les messages Twitter dénonçant les opposants au projet de SunTV.

Licence

Sur le plan réglementaire, Quebecor a annoncé hier qu'elle retirera la demande déposée au CRTC pour obtenir une licence d'exploitation de catégorie 2, qui comprenait bien des privilèges d'une licence de catégorie 1.

L'enjeu est de taille: toute chaîne qui obtient une licence de catégorie 1 est offerte dans le forfait de base du câble, ce qui assure un large auditoire potentiel. RDI profite de cette clause, mais celle-ci sera éliminée à compter de septembre 2011.

La première demande de Quebecor pour obtenir un statut équivalent à RDI et CBC Newsworld avait échoué cet été. Quebecor était toutefois revenue à la charge en septembre en demandant une licence de catégorie 2, mais avec la notable exception qu'on voulait que la chaîne soit offerte obligatoirement pendant une période de trois ans. En abandonnant cette exigence, Quebecor fait le pari que SunTV trouvera naturellement son public.

Chose certaine, les propos de M. Péladeau et la décision de Quebecor de jeter du lest devant le CRTC enlèvent du mordant à la pétition en ligne de l'organisme Avaaz, signée par plus de 80 000 personnes et au centre du débat sur SunTV. Celle-ci prétendait que le «premier ministre Harper tente d'imposer sur nos ondes la diffusion de médias propagateurs de haine [...] et de nous en imposer le financement». On affirmait également que M. Harper faisait pression sur le CRTC pour qu'il dise oui à SunTV.
2 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 6 octobre 2010 08 h 49

    Au moins...

    PKP ne demandera pas au gouvernement qu'il impose à son profit une taxe à tous les abonnés du câble pour pouvoir crier contre les taxes et les gouvernements.
    Quant à la propagande... ses journaux en sont déjà pleins...

  • Duchêne Denys Mehdi - Inscrit 6 octobre 2010 13 h 05

    Continuons le combat.

    Péladeau ne lâche pas le morceau. La population qui craignent ces types de médias qui s,aventurent à créer une réalité parallèle des thèmes et problèmes agitant le monde en offrant un traitement de l'information basé sur des présentations de sujets partiellement factuels, articulés sur une ligne socioémotionnelle opposant le mal au patriotisme et à la fois chrétienne doivent ne pas lâcher la militance pour s'opposer à ce «Fox News du Nord». Ce type de média conditionne la population dans un état d'excitation délirante dû à l'ignorance et seulement le fait d'imaginer un Glen Beck «canadien» en ondes 5 jours semaine est suffisant pour crier haut et fort à Péladeau. NON, NON ET NON !