Magazines - La vie pleine de Châtelaine

La version moderne d’une page couverture de 1974.<br />
Photo: Châtelaine La version moderne d’une page couverture de 1974.

Le magazine Châtelaine célèbre son demi-siècle cette semaine en lançant un numéro anniversaire et les premières vidéos du site femmesdeparoles.com, faisant témoigner des personnalités fortes. Une belle occasion de rappeler que les publications pour les femmes vont plutôt bien alors que des pans entiers du marché de l'imprimé luttent pour leur survie.

La meneuse d'entrevues demande à Janette Bertrand pour quelles raisons les filles d'aujourd'hui ont de la chance. «Humblement, parce qu'on a été là, point», répond l'arrière-grand-mère qui a mené mille et un combats médiatiques pour la cause.

Comme toutes les autres personnalités interviewées, la scénariste Renée-Claude Brazeau (La Galère) doit donner sa définition de la beauté. Elle explique que ce don «fait une différence». Puis elle répond en riant: «Moi, je me sens belle quand Angelina Jolie n'est pas dans ma face...» Quand vient son tour, l'astronaute Julie Payette évoque «une formule mathématique»...

Toutes trois témoignent dans la série Femmes de paroles, avec 47 autres personnalités et têtes fortes du Québec, de Denise Bombardier à Lise Payette, Louise Arbour et Véronique Cloutier. Cette série, c'est le cadeau que Châtelaine s'offre et offre en même temps aux «femmes d'ici» pour souligner ses 50 ans.

La longue marche

Le projet très léché et alléchant a été réalisé par Les Productions Bazzo Bazzo et piloté par la journaliste Geneviève St-Germain. Les premiers résultats seront dévoilés en ligne à compter de jeudi, avec une entrevue ajoutée par semaine. La veille, mercredi, une grande soirée spéciale réunira la plupart de ces femmes témoins pour le lancement du numéro anniversaire, un pavé de quelque 375 pages avec cinq couvertures spéciales.

«Nous ne voulions pas tomber dans l'autopromotion, explique Marie-Josée Desmarais, éditrice du magazine. On ne voulait pas se dire qu'on est si bon et qu'on a bien réussi. On a plutôt voulu souligner que Châtelaine a accompagné les femmes du Québec depuis 1960, dans la longue marche du féminisme. Nous avons donc décidé de rendre hommage au chemin parcouru par les femmes. En 1960, commence la Révolution tranquille, la pilule arrive sur le marché, et Châtelaine commence à donner une voix aux femmes du Québec. Cette publication a eu une influence marquante dans les années du féminisme, particulièrement dans les années 1960 et 1970, pour mettre au jour des sujets et pour accompagner et soutenir les Québécoises en marche.»

Un magazine de fond

Et maintenant? L'éditrice répond que c'est la routine habituelle, la même formule, ou presque, en tenant bien sûr compte des mutations de la société et des luttes gagnées par Mme Bertrand et les autres. «C'est un magazine de fond, dit-elle. C'est un magazine de reportages. Oui, on parle de décor, de mode et de déco, parce que les femmes aiment ça. Mais on a conservé notre pilier reportage très sérieux. Nous avons deux reporters à temps plein au sein de l'équipe et nous gagnons régulièrement des prix. C'est notre ligne depuis 1960, et je considère que Châtelaine n'a aucun concurrent au Québec dans ce créneau.»

Elle donne l'exemple d'un récent numéro spécial sur le lesbianisme qui a connu un grand succès. Elle souligne aussi que ces reportages «connectent» avec les lectrices, avec une dimension émotionnelle assumée, mais pour un lectorat éduqué, professionnel, qui a franchement fait beaucoup, beaucoup de chemin depuis cinquante ans.

L'exception et la règle

Et ça marche. Le guide annuel Médias 2011 d'Infopresse accorde un tirage de 204 000 exemplaires en moyenne à Châtelaine. C'est trois fois plus qu'Elle Québec et quatre fois plus que Clin d'oeil. En gros, la publication quinquagénaire attire son million de lecteurs par édition, dont un quart d'hommes.

D'autres titres féminins s'en tirent tout aussi bien. Le large créneau inclut aussi bien Ricardo que Moi & Cie, Les Idées de ma maison (64 % de lectrices), Le Magazine Enfants Québec (trois mamans lectrices pour un papa) ou Qu'est-ce qui mijote, le champion du féminin (69 % du lectorat), une marque de la compagnie Kraft qui tire à 1,5 million d'exemplaires, le record. La crise économique est passée par là, a influé sur les revenus publicitaires, sans toutefois menacer la survie d'entreprises finalement toujours profitables.

Une affaire de femmes

Francine Tremblay, qui a 30 ans d'expérience dans le secteur (elle a fondé Le Bel Âge) note alors qu'au fond, au Québec, le magazine est une affaire de femmes, encore plus maintenant qu'elles sont plus éduquées que les hommes. «Les secteurs déco, santé, famille ou cuisine, s'adressent aux femmes, dit la vice-présidente principale chez Transcontinental, concurrent de Rogers, l'empire auquel se rattache Châtelaine. Le magazine n'est pas tant une exception que la règle. Le magazine s'adresse aux femmes, même le jardinage ou les publications sur les stars.»

Mmes Desmarais et Tremblay gardent d'ailleurs espoir, y compris à travers la révolution Internet. «Il ne faut pas confondre le magazine et le journal, dit Mme Tremblay. Ils remplissent des besoins différents. Internet affecte le rapport au temps de l'information. Ce n'est pas le cas pour les magazines qui fonctionnent sur un temps plus patient. Une lectrice passe 47 minutes dans ses pages magazines qui sont lues pour se détendre. Par ailleurs, elle passe cinq minutes sur le site d'Elle Québec pour y trouver une information ponctuelle rapidement.»

Marie-Josée Desmarais n'en pense pas moins. «Les publications qui vont mal traitent d'actualité et subissent la forte concurrence du temps réel, dit-elle. Châtelaine n'est pas affectée de cette manière, plus par la concurrence du numérique.»

Ce qui n'exclut donc pas une forte présence sur le Web. Le site de chatelaine.com «qui va très, très bien» subit un lifting. Le projet femmesdeparoles.com donne le coup d'envoi du chantier qui aboutira dans le cadre de ce cinquantième anniversaire.
1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 4 octobre 2010 13 h 44

    Les pubs

    Quelles sont les compagnies qui font de la pub dans cette revue?