La corruption au Québec, la faute aux séparatistes

L'obsédante question nationale, pour ne pas dire les maudits séparatistes, explique que la corruption règne au Québec. Cette thèse est défendue dans un article à la une du dernier Maclean's, l'équivalent canadien du magazine québécois L'Actualité.

«Mais le facteur le plus important de cette histoire de corruption peut bien être la harcelante [nagging] question existentielle demandant s'il y a lieu de continuer à faire partie du pays, écrit le journaliste Martin Patriquin dans la publication. Cette menace de séparation, vieille de 40 ans, a été une aubaine pour les coffres de la province.»

Sur la couverture de l'édition d'octobre, Bonhomme carnaval avance allègrement, tout sourire, avec une mallette débordant de billets accrochée à sa grosse mitaine. Le titre évoque «la province du Canada la plus corrompue» et le sous-titre pose une question: «Pourquoi tant de scandales politiques se produisent-ils au Québec?»

La réponse est donnée après une longue énumération de preuves versées au dossier noir, du patronage duplessiste au scandale des commandites, sans oublier les dessous de la commission Bastarache. Même la rallonge annuelle de 75 000 $ versée par le PLQ à Jean Charest est mentionnée.

La description occupe les trois quarts de l'article, qui débouche sur deux explications. La première pointe vers la forte présence du gouvernement dans le modèle québécois, les grosses dépenses multipliant les occasions corruptrices. L'autre facteur, jugé le plus important, a donc rapport au séparatisme. Tout y passe alors, y compris le lobbying du Bloc et la péréquation canadienne. Le chroniqueur Andrew Coyne en rajoute une couche dans son propre texte.

Questionné hier après son nouveau passage devant la commission Bastarache, le premier ministre Jean Charest a préféré n'émettre aucun commentaire. Le député libéral Pierre Moreau a quant à lui réclamé des excuses du magazine.

Les partis d'opposition à Québec (ADQ et PQ) ont fait flèche de tout bois, en rappelant que le gouvernement refuse toujours de créer une commission d'enquête sur la corruption dans l'industrie de la construction et le financement des partis politiques. Le député Bertrand Saint-Arnaud a carrément affirmé que ce dossier noir du Maclean's, c'est «un peu le bilan du gouvernement Charest qui se fait».

Le chef du Bloc québécois, lui, a répliqué en demandant: «Les Canadiens sont-ils xénophobes?» Dans son texte, reproduit à la page «Idées» du Devoir aujourd'hui, Gilles Duceppe fait de la couverture du Maclean's une «attaque malheureusement représentative d'un sentiment trop largement répandu au Canada».

Le journaliste Martin Patriquin n'en est pas à sa première controverse. Dans un numéro de Maclean's de 2009, il décrivait Montréal comme la «Palerme du Nord». En entrevue à RDI, il a nié hier être en mission commandée pour discréditer le Québec.

La Ligue québécoise contre la francophobie canadienne a porté plainte devant le Conseil de presse pour «propos offensants et discriminatoires», mais aussi pour «injure à un symbole national». La direction du Carnaval de Québec a réclamé des excuses pour l'«utilisation éhontée d'une représentation de Bonhomme»...

***

Avec Guillaume Bourgault-Côté
62 commentaires
  • Michel Simard - Inscrit 25 septembre 2010 00 h 57

    La corruption est le fait des libéraux ultrafédréalistes anti-Québécois

    Les ultrafédéralistes extrémistes, dont certains sévissent ici, ressentent une telle haine envers la nation québécoise, qu'ils sont prêts à toutes les corruptions pour détruire la Nation. Les nationalistes et souverainistes n'ont rien à voir là-dedans.

  • Ken - Inscrit 25 septembre 2010 05 h 33

    Encore du" Québec bashing"

    Si vous êtes du nombre des: J'VEUX RIEN SAWOIR! Vous continuez à vous caller la tête dans le sable encore plus creux,jusqu'au-dessus des oreilles.C'est comme dans la vraie vie:le mari invite son épouse à souper le soir qu'il a reçu un avis de divorce pour calmer sa douce=LOVE-IN;mais quand il a réussi à calmer la tempête,il recommence à parler contre elle=Québec bashing.Cette relation là,elle perdure depuis longtemps bien que malsaine,mais la balance entre l'attachement et le choix de l'autonomie n'est pas facile à faire.Demandez à tous les divorcés,ils vous diront tous que c'est pas une décision facile à prendre et d'aucuns ont besoin de plus de temps pour arrêter leur choix.La tendance lourde finit habituellement par se concrétiser.

  • Roger Sylvain - Inscrit 25 septembre 2010 06 h 05

    Et si c'était vraie?

    Allons-y avec les hauts cris de Québec bashing,de francophobie,de xénophobie et de méconnaissance du peuple québécois. Mais après,ne serait-il pas temps de faire une introspection et de vraiment se poser la question si nous ne sommes pas corrompus au Québec?
    La question se pose,non?
    Cet article n'exclut aucunement qu'il y ait de la corruption ailleurs au Canada.
    Roger Sylvain

  • Pierre Sabourin - Inscrit 25 septembre 2010 06 h 56

    Il était une fois...sur une planète très lointaine....

    (Chewbaca defence; Red Hering) Chewbaca vien de la planète kashyyyck mais veux alle vivre sur la planete Endor...est-ce que ca fais du sens...J`veux dire Chewbaca mesure 8 pied et veux alle vivre avec des ptits Ewok qui mesure 2 pied est-ce que ca fais du sens...non et c'est pour ca que les Québecois (séparatistes) sont la cause la corruption......wow

    Les propos dans le Maclean sont de très mauvais réflections, j'pourrais casiment prendre tout leur point et changer la conclusion que c'est pour ca que les Amérindiens sont pas assez subventionner et j'pourrais passer mon article dans le Macleans....leur conclusion on aucun rapport avec leurs prémise c'est franchement ridicule....L'équivalent, aussi, serais de dire que le Dallai Lama est un communiste parcequ'il vie a coté de la chine, on appelle ca une faute de culpabilité par association, tres mauvaise association qui a aucun rapport.

  • meme moi ici - Inscrite 25 septembre 2010 07 h 26

    malheureusement

    malheureusement le présent gouvernement charest donne toutes les munitions possibles à ce journaliste, afin qu'il puisse affirmer qu'il y a de la corruption au Québec. Et s'appuyant sur ces faits, ce journaliste en profite pour faire du Québec bashing.
    cependant, sa xénophobie l'emporte sur le bon sens, toutes les corruptions dont il parle sont en fait sous le règne de gouvernements très fédéralistes ou dépendantiste... (j'aime bien ce terme) de Duplessis qui vendait le Québec à rabais à charest ou la corruption à pris des proportions qui semblent ne jamais avoir été égalées... c'est d'ailleurs sous ce règne que ce journaliste prend ses exemples de corruption, nous pouvons être insultés de cette démonstration presque haineuse envers les Québécois mais nous devons aussi avouer que ces criminels qui nous gouvernent présentement lui donnent toutes les munitions désirées..