La corruption au Québec, la faute aux séparatistes

L'obsédante question nationale, pour ne pas dire les maudits séparatistes, explique que la corruption règne au Québec. Cette thèse est défendue dans un article à la une du dernier Maclean's, l'équivalent canadien du magazine québécois L'Actualité.

«Mais le facteur le plus important de cette histoire de corruption peut bien être la harcelante [nagging] question existentielle demandant s'il y a lieu de continuer à faire partie du pays, écrit le journaliste Martin Patriquin dans la publication. Cette menace de séparation, vieille de 40 ans, a été une aubaine pour les coffres de la province.»

Sur la couverture de l'édition d'octobre, Bonhomme carnaval avance allègrement, tout sourire, avec une mallette débordant de billets accrochée à sa grosse mitaine. Le titre évoque «la province du Canada la plus corrompue» et le sous-titre pose une question: «Pourquoi tant de scandales politiques se produisent-ils au Québec?»

La réponse est donnée après une longue énumération de preuves versées au dossier noir, du patronage duplessiste au scandale des commandites, sans oublier les dessous de la commission Bastarache. Même la rallonge annuelle de 75 000 $ versée par le PLQ à Jean Charest est mentionnée.

La description occupe les trois quarts de l'article, qui débouche sur deux explications. La première pointe vers la forte présence du gouvernement dans le modèle québécois, les grosses dépenses multipliant les occasions corruptrices. L'autre facteur, jugé le plus important, a donc rapport au séparatisme. Tout y passe alors, y compris le lobbying du Bloc et la péréquation canadienne. Le chroniqueur Andrew Coyne en rajoute une couche dans son propre texte.

Questionné hier après son nouveau passage devant la commission Bastarache, le premier ministre Jean Charest a préféré n'émettre aucun commentaire. Le député libéral Pierre Moreau a quant à lui réclamé des excuses du magazine.

Les partis d'opposition à Québec (ADQ et PQ) ont fait flèche de tout bois, en rappelant que le gouvernement refuse toujours de créer une commission d'enquête sur la corruption dans l'industrie de la construction et le financement des partis politiques. Le député Bertrand Saint-Arnaud a carrément affirmé que ce dossier noir du Maclean's, c'est «un peu le bilan du gouvernement Charest qui se fait».

Le chef du Bloc québécois, lui, a répliqué en demandant: «Les Canadiens sont-ils xénophobes?» Dans son texte, reproduit à la page «Idées» du Devoir aujourd'hui, Gilles Duceppe fait de la couverture du Maclean's une «attaque malheureusement représentative d'un sentiment trop largement répandu au Canada».

Le journaliste Martin Patriquin n'en est pas à sa première controverse. Dans un numéro de Maclean's de 2009, il décrivait Montréal comme la «Palerme du Nord». En entrevue à RDI, il a nié hier être en mission commandée pour discréditer le Québec.

La Ligue québécoise contre la francophobie canadienne a porté plainte devant le Conseil de presse pour «propos offensants et discriminatoires», mais aussi pour «injure à un symbole national». La direction du Carnaval de Québec a réclamé des excuses pour l'«utilisation éhontée d'une représentation de Bonhomme»...

***

Avec Guillaume Bourgault-Côté

À voir en vidéo