Médias - CNN met fin à son abonnement à l'agence Associated Press

Washington — La chaîne américaine CNN a annoncé hier qu'elle allait mettre fin à son abonnement à l'agence Associated Press (AP) et se concentrer sur sa propre collecte d'informations.

«Nous n'allons plus recourir aux contenus et services d'AP», a annoncé Jim Walton, président de CNN Worldwide, dans une note interne adressée aux employés du groupe, dont l'Agence France-Presse (AFP) a obtenu copie.

Selon lui, il s'agit d'«une étape importante dans le cadre du processus entamé en 2007 visant à avoir la propriété du contenu» de ce que diffuse la chaîne et «à compter d'aujourd'hui, la collecte d'informations de CNN sera la principale source de tout contenu sur toutes nos plateformes et sur tous nos services».

Un porte-parole d'AP, Paul Colford, a confirmé que l'agence d'information, une coopérative détenue par 1500 quotidiens américains, n'avait «pas été en mesure de parvenir à un accord avec CNN sur la licence» leur permettant d'utiliser le contenu fourni par AP.

«Il est regrettable que les téléspectateurs de CNN ne puissent plus avoir accès aux informations chaudes et aux reportages mondiaux de l'Associated Press», a déploré M. Colford dans un communiqué.

Nigel Pritchard, porte-parole de CNN, a indiqué que le contrat du groupe avec AP s'achevait fin juin.

La chaîne basée à Atlanta est cliente du fil en anglais de l'AFP.

Dans sa note interne, M. Walton affirme qu'une «dépendance moins grande aux sources extérieures veut dire plus d'investissement interne» et annonce que CNN va lancer un nouveau système d'alertes pour les actualités chaudes et une plateforme interne baptisée «CNN Share» pour «agréger le contenu éditorial et faciliter sa distribution».

AP est l'une des trois grandes agences de presse mondiales avec l'Agence France-Presse et Reuters. Le groupe a annoncé récemment que son bénéfice s'était effondré de 65 % l'an dernier, à 8,8 millions de dollars.

Une baisse des revenus publicitaires, des ventes de journaux et une migration du lectorat vers Internet ont poussé un grand nombre de journaux américains à réclamer à AP une réduction de ses tarifs d'abonnement.