Médias : Une rencontre au Journal de Montréal

Il y a du mouvement, mais juste un peu d'espoir. Les mandataires de l'employeur et des employés du Journal de Montréal se rencontreront lundi prochain à la demande du conciliateur nommé par Québec précisément pour rapprocher les parties.

Le médiateur Pierre-Marc Bédard proposera alors «différents scénarios susceptibles de relancer les discussions», selon le communiqué diffusé hier par le ministère du Travail. La formulation tout en circonvolutions réduit les attentes.

Le communiqué précise que les deux parties ne feront aucun commentaire d'ici la rencontre. Selon des sources proches des parties en litige, M. Bédard pourrait proposer un nouveau «cadre de négociation» susceptible d'infléchir la plus têtue des parties.

Le conflit dure depuis janvier 2009. Il n'y a pas eu de véritables négociations depuis. Lors d'une rencontre des deux comités de négociation organisée le 11 décembre dernier, les représentants de la partie patronale avaient augmenté les demandes de concessions par rapport aux dernières offres, un an plus tôt.

Le déblocage survient après plusieurs pressions appliquées cette semaine de diverses sources. Le Parti québécois a interrogé à l'Assemblée nationale le ministre du Travail, Sam Hamad, sur sa volonté de faire débloquer l'impasse. Le vice-président de la CSN, Roger Valois, a dénoncé vertement le même ministre en l'accusant de refuser la refonte du Code du travail pour ajuster les dispositions sur les briseurs de grève aux nouvelles réalités technologiques. Selon le syndicat, l'informatique permet de délocaliser certaines tâches essentielles à la production d'un journal et ceux qui s'exécutent ainsi seraient des scabs du numérique.

Les «lock-outés» du Journal de Montréal ont aussi accentué leurs moyens de pression. Ils étaient au tapis rouge du gala Artis organisé à Montréal et diffusé dimanche soir par TVA, une autre filiale de Quebecor, propriétaire du quotidien.