Le Devoir trouve sa place dans le Web 2.0

Photo: Jacques Grenier - Le Devoir

Le virtuel accélère le rythme de production, mais le directeur du Devoir, Bernard Descôteaux, et quelques autres artisans du quotidien de la rue de Bleury ont pris le temps de s'adresser à une assemblée bien réelle à l'UQAM hier soir dans le cadre d'un colloque intitulé «Le Devoir: la quête de sens à l'heure du Web 2.0».

«Le journaliste n'a plus le monopole de l'info», a averti la journaliste Lisa-Marie Gervais. Mais pour le directeur de l'information du journal, Roland-Yves Carignan: «Le reportage, l'analyse et l'enquête demeurent essentiels à la démocratie.» La Grande Bibliothèque accueille aussi aujourd'hui un colloque international sur l'avenir du journal indépendant.

De gauche à droite: Bernard Descôteaux, la rédactrice en chef Josée Boileau, Roland-Yves Carignan, le journaliste et professeur Antoine Char, ainsi que les journalistes Brian Myles, Lisa-Marie Gervais et François Desjardins.