Nous assistons à la reconstruction du journalisme américain

Ce qui est primordial, c’est de préserver le reportage indépendant, original et crédible, qu’il soit populaire ou rentable ou non et quel que soit le média qui le véhicule.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Ce qui est primordial, c’est de préserver le reportage indépendant, original et crédible, qu’il soit populaire ou rentable ou non et quel que soit le média qui le véhicule.

Les journaux ne sont pas près de disparaître. Mais ils joueront un rôle amoindri dans l'univers émergent et toujours en mutation du journalisme numérique, où les techniques de reportage sont réinventées, où la nature des nouvelles est reconstruite et où les informations sont diffusées par un plus grand nombre et une plus grande variété d'entreprises, anciennes et nouvelles. Qu'est-ce qui remplacera ce qui est perdu?

Des réponses nous parviennent déjà. Internet a rendu possible — et souvent plutôt facile — de collecter et de diffuser plus largement des informations de toutes sortes de façons. C'est fait non seulement par les journaux qui survivent et la télévision commerciale, mais aussi par de jeunes entreprises d'information en ligne, des projets de reportage d'investigation à but non lucratif, des stations de radio et de télévision publiques, des services d'information dirigés par les universités, des sites de nouvelles communautaires avec participation des citoyens et des blogueurs. Même les agences gouvernementales et les groupes d'activistes jouent un rôle.

Même si les entreprises d'information disparaissaient en masse, l'information, l'investigation, l'analyse et le savoir communautaire ne disparaîtraient pas. Mais quelque chose d'autre serait perdu, et cela nous rappellerait qu'il existe un besoin non seulement d'informations, mais de nouvelles choisies en fonction d'enjeux publics et pour le grand public. Cela nous rappellerait qu'il existe un besoin non seulement de nouvelles, mais de salles de nouvelles. On y gagne lorsque l'analyse, l'investigation et le reportage sont menés en collaboration dans des entreprises stables, qui peuvent faciliter la collecte des informations par des journalistes expérimentés, les soutenir avec de l'argent, une logistique et des services juridiques et présenter leurs travaux à un grand public.


Préserver le reportage indépendant

Le défi est de convertir l'actuel moment de changement en une reconstruction du journalisme américain, qui permettrait au reportage indépendant de sortir revivifié et agrandi à l'issue du déclin des médias qui ont longtemps dominé. Il n'est peut-être pas essentiel de sauver ou de promouvoir un média d'information particulier, y compris la presse écrite. Ce qui est primordial, c'est de préserver le reportage indépendant, original et crédible, qu'il soit populaire ou rentable ou non et quel que soit le média qui le véhicule.

Ce qui sera sûrement une reconstruction chaotique du journalisme américain est lardé à la fois de périls et d'occasions pour le reportage. Les périls sont évidents. La restructuration des journaux, qui restent essentiels pour l'avenir de l'information, est pénible, mais elle est à notre portée.

Maintenant, nous voulons voir émerger plus de leaders, dans le journalisme, le gouvernement, la philanthropie, l'enseignement supérieur et le reste de la société, qui profiteront de ce moment de changements stimulants et de nouveaux départs pour assurer l'avenir du journalisme indépendant.

*****

Leonard Downie Jr est vice-président et ancien rédacteur en chef du Washington Post et professeur de journalisme à l'Université d'État de l'Arizona. Michael Schudson est professeur de communications à l'École graduée de journalisme de l'Université Columbia.

Les textes de cette page ont été traduits de l'anglais par Jean-Pierre Fournier
1 commentaire
  • s bilodeau vaillancourt - Inscrit 10 mars 2010 23 h 09

    hate!

    j'ai 16 ans et je lit le journal religieusement, pas des ramassis de connerie comme le journal de montréal , le journal de quebec ou d'autre journaux a ''sentiment et sensationalisme'' ses se que j'aime du devoir ses les fait et les opinion seulement pas de gros drame émotionelle et j'espere que dans l'avenir le contenu des journaux sera mieux filtrer car présentement ses un peu n'importe quoi

    mais bon j'espere trouver plus de média de qualiter dans le futur