Être blanc comme Vanity Fair

Assises dans l'herbe et vêtues de tenues pastel, elles regardent langoureusement l'objectif de la célèbre photographe Annie Leibovitz. Elles sont neuf, toutes des actrices, et font la couverture du plus récent numéro de Vanity Fair. Pour son édition annuelle dédiée à Hollywood, le magazine américain met en scène les talents de la prochaine décennie. Le hic, c'est que cette sélection ne compte que des femmes blanches et, depuis la sortie en kiosque de la revue, les critiques fusent.

Elles s'appellent Abbie Cornish, Rebecca Hall, Anna Kendrick, Carey Mulligan, Amanda Seyfried, Kirsten Stewart, Emma Stone, Mia Wasikowska et Evan Rachel Wood. D'après Vanity Fair, elles représentent la relève hollywoodienne, mais bon nombre de voix s'élèvent contre cette sélection, comme le quotidien britannique The Guardian. Pour sa journaliste, Hannah Pool, le magazine a décidé d'un futur cinématographique entièrement blanc. «Soit parce qu'aucune actrice noire ne fait partie de la relève. Ou alors leur existence a été notée, mais le magazine s'en moque. Je ne sais pas ce qui est pire», déplore-t-elle dans son article.

La grogne se fait également ressentir dans plusieurs blogues, où le magazine est accusé de racisme. Pour le site NewsOne, la couverture fait penser à une image prise dans une université médiocre du sud des États-Unis dans les années 1920: «Aucune jeune femme noire à la ronde.» Découragé, l'auteur de NewsOne s'attend à vivre une décennie encore plus ségrégationniste qu'actuellement. Le site d'information destiné à la communauté afro-américaine BlackVoices estime que le magazine a ignoré les actrices noires qui auraient pu poser sur la photo. Les noms de Gabourey Sidibe, citée aux Oscar pour son rôle dans Precious, et celui de Zoe Saldana, qui a joué dans Avatar, reviennent souvent. Cette dernière faisait toutefois partie de la sélection 2008. Sur les 15 couvertures faites par Annie Leibovitz depuis 1995 pour le numéro spécial Hollywood, seulement quatre actrices et sept acteurs noirs étaient présents. Pour l'édition 2009, Barack Obama était seul en couverture.