Le français au Jeux olympiques - Les médias anglophones dénoncent le faux pas

Ottawa — La décision du Comité organisateur des Jeux olympiques de Vancouver (COVAN) d'accorder à la langue française un rôle de figurant dans la cérémonie d'ouverture n'indispose pas seulement la presse francophone: The Globe and Mail et The Gazette ont tous deux dénoncé hier le faux pas.

«Quelle extraordinaire occasion gaspillée pour le Canada de montrer au monde — et à lui-même — comment un pays bilingue et biculturel fonctionne», s'exclame The Gazette dans son éditorial d'hier. Au lieu d'être la célébration d'un pays bilingue et varié, la cérémonie a «pratiquement ignoré le quart de la population canadienne», remarque le journal.

The Gazette critique les explications fournies par les organisateurs du COVAN, jugées «moins plausibles les unes que les autres». «Des Jeux olympiques sont une occasion de montrer au monde de quoi nous sommes faits. Espérons que la cérémonie de clôture accordera au français plus qu'une phrase symbolique ou deux.»

Dans son éditorial «Les Jeux du Canada» (titre en français dans le texte), le Globe and Mail souhaite lui aussi que la cérémonie de clôture corrige l'erreur de vendredi, qualifiée de «négligence flagrante». La quasi-absence du français dans la cérémonie n'est pas un «simple irritant, ou une affaire de rectitude politique: une célébration de l'histoire canadienne et de son identité» doit nécessairement faire une place de choix au français, juge le quotidien torontois. D'autant plus que le français est l'une des deux langues officielles du mouvement olympique, rappelle-t-il.

Le Globe estime que la réaction du COVAN aux critiques a été «bizarre». «Dire que Céline Dion a été invitée ou que des artistes "canadiens-français" ont participé au spectacle ne répond pas vraiment au problème», souligne-t-on. Contrairement à d'autres formes d'expression culturelle, la langue ne peut être représentée de manière symbolique, écrit le Globe: il faut à tout le moins l'entendre.

En soulignant que c'est un Québécois — Alexandre Bilodeau — qui a semé la frénésie sur Robson Street, le Globe rappelle que la «coexistence paisible du français et de l'anglais est une réalité élémentaire et continue de la vie canadienne».

Dans le National Post, on indique que «le Canada est un pays bilingue: les cérémonies devraient le refléter». Le quotidien voit une «certaine ironie» à entendre les «citoyens d'une province unilingue décharger leur fureur concernant les services insuffisants offerts par les citoyens d'une autre province unilingue, mais les Canadiens francophones sont en droit de se sentir offensés».
13 commentaires
  • Patriote 101 - Inscrit 17 février 2010 07 h 25

    Francais absent aux JO

    J'ai été choqué (mais malheureusement pas surpris) de constater l'absence du francais lors de cérémonies d'ouverture des jeux Olympiques de Vancouver. La plupart des gens de mon entourage avec qui j'ai parlé n'ont meme pas remarqué ce manque plus que flagrant. À la place du comité organisateur de ces jeux, j'aurais eu TRÈS honte de cette omission mais je suppose que l'argent n'a pas d'accent et que la fierté d'être une nation bilingue ne se limite plus aujourd'hui qu'à un folklore jugé désuet. On ne monte plus aux barricades pour dénoncer les injustices de nos jours. Tout le monde s'occupe de ses oignons sans se soucier de la misère de son voisin. Je suis fier d'être bilingue et fier de ma culture francophone mais en des moments comme ceux-ci, j'ai l'impression d'être le seul à crier à l'injustice et à demander le respect de ma langue qui, trop souvent est de bois.

  • claude lessard - Inscrit 17 février 2010 08 h 39

    Le francais et les olympiques!

    Fait premedite dont le but est de provoquer la colere des quebecois.
    Combien de fois faudra-t-il encore se faire ecoeurer avant de se separer?
    Saisser de parler. Agisser.

  • sapeo - Inscrit 17 février 2010 08 h 40

    TQS / V qui n'a traduit que des miettes

    Quant à moi je déplore li dilletentisme du Canal V / TQS dont la diffusion de la cérémonie se déroulait presque sans traduction. Ils ont échoué à leur devoir et ça me choque que personne n'y réagit plus que ça. Il me semble que c'était dans le contrat que d'offir aux francophones un contenu en français.

  • Joseph AGNEW - Inscrit 17 février 2010 08 h 46

    Où est le correcteur ?

    Alors que vous critiquez le manque de français aux (pluriel) J.O., vous faites une faute de français dans le titre de votre article. C'est quand même risible. Je m'excuse de vous le dire.

  • martin grenier - Inscrit 17 février 2010 09 h 25

    le français

    Demander a jean chrétien pourquoi il y a pas de français le plus meilleur pays du monde
    grenier.martin@videotron.ca