L'information ne s'est jamais mieux portée

La crise des médias
Photo: Newscom La crise des médias

Le journalisme, ce vieux, noble et lointain sous-produit de l'arbre, ne va pas vraiment mieux que la forêt boréale, à en croire les principaux intéressés, les pros de l'info eux-mêmes. Les membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) se réunissent d'ailleurs en congrès sur le thème «Sorties de crise» ce week-end, à Sherbrooke. Les ateliers de l'autopsie d'aujourd'hui reprennent la litanie des plaintes. «La gratuité de l'info est-elle un bonbon empoisonné?» «Face à la crise des médias, l'État doit-il intervenir?»...

La crise? Quelle crise? demande de très loin le grand reporter Andreas Kluth, qui travaille pour l'excellent magazine The Economist depuis 1997. «Il n'y a pas de crise médias, dit le fauteur de trouble, joint par téléphone en Californie. Évidemment qu'une part de l'industrie de l'information se meurt. En ce sens, il y a effectivement une grande crise pour les propriétaires des médias qui voient fondre leurs profits. Il y a aussi une crise pour les journalistes qui voient disparaître leurs emplois. Mais pour le reste de la société, est-ce une crise pour autant? Non, non et non.»

Pour s'en convaincre, il propose à chacun d'examiner concrètement ses habitudes de consommation médiatique. «Personnellement, je n'ai jamais été aussi bien informé par des sources de plus en plus diversifiées, confie-t-il. Mieux encore: je consomme maintenant une information de très grande qualité qui n'est plus seulement produite par des journalistes.»

Et pan! Andreas Kluth ne crache pas seulement dans la soupe: il jette ensuite le bol, la soupière, la louche, et même la cuisinière. En sciences, on dirait simplement qu'il propose un changement de paradigme, une mutation de la représentation du monde, une nouvelle manière de voir, de comprendre et d'expliquer les choses.

«Ce sont les journalistes eux-mêmes qui parlent de la crise des médias et en font tout un plat, poursuit le pourfendeur des clichés. Je le redis: du point de vue de tous les autres citoyens, cette crise n'existe pas. Ce n'est même pas vrai que certains sujets ne sont plus bien couverts. Au contraire. Pensez à tous ces blogues et ces sites tenus par les universitaires, les politiciens, les groupes de pression. Ils fourmillent d'informations qui ne demandent qu'à être prises.»

Après des assignations à Londres et à Hong Kong, M. Kluth couvre maintenant la côte ouest des États-Unis pour The Economist, une publication de référence à l'échelle mondiale. Encensée pour la qualité de ses reportages et de ses analyses, elle garde le fort de la pensée économique et politique libérale depuis le milieu du XIXe siècle. Et ça continue, mieux que jamais.

«The Economist se porte très bien pendant que d'autres vont très mal ou essaient de nous imiter, dit son journaliste. Je crois que nous correspondons très bien au Zeitgeist, à l'esprit du temps. Une bonne part du journalisme américain est devenue franchement médiocre. Elle se complaît dans une neutralité factice, la banalité, le beige. Notre époque demande autre chose, des opinions fortes, des points de vue forts. C'est ce qu'offrent certains blogues. Je dis souvent à la blague que The Economist est un blogue vieux de 160 ans. Sa voix est puissante, claire, avec une orientation nette et une pointe d'humour.»

Cette voix porte partout et s'intéresse à tout. The Economist est une publication mondiale qui traite du monde mondialisé pour une élite internationale riche et cultivée qui n'en demande pas moins. «Ce n'est pas un point de vue américain sur la planète, poursuit le journaliste... américain. Par contre, jusqu'à cet automne, nous n'avions rien d'intéressant à offrir sur le Web. Notre site vient juste d'être refondu et il n'explique donc pas notre succès.»

M. Kluth termine la rédaction de son premier livre sur les catastrophes et les désastres à partir des luttes titanesques entre le général carthaginois Hannibal et ses ennemis romains Fabius et Scipio. Il se confie régulièrement sur ce travail et divers aspects de son métier sur son blogue (andreaskluth.org) où il est récemment longuement revenu sur toute cette question de la crise des médias.

«Ma consommation médiatique a complètement été transformée en très peu d'années, dit le journaliste-blogueur. Ainsi, je ne suis abonné à aucun journal, mais je reçois sans cesse des articles sur mes écrans, des informations que j'ai sélectionnées dans une multitude de sources et pas seulement des nouvelles traditionnelles que je reçois de l'agence Associated Press sur mon iPhone. J'ai maintenant remplacé les éditeurs de contenus et je ne vais plus jamais les laisser s'introduire dans cet aspect de ma vie.»

Ce qui pose évidemment la question de la gratuité, voire du vol de certaines productions. M. Kluth explique alors que son propre magazine vient tout juste de lancer un abonnement en ligne payant. «Comme d'autres médias, nous faisons marche arrière par rapport à la gratuité. Mais je ne saurais dire si cette stratégie va réussir, ni pour qui. [...] La lutte est féroce, très darwinienne en fait. Seulement, il faut se rappeler que la crise des journaux a commencé bien avant l'arrivée de la gratuité et d'Internet. Nous vivons maintenant une accélération de ce déclin.»

Le déversement incessant de commentaires et d'informations, comme autant de bruits de fond de notre monde, ne lui déplaît pas non plus. Certains blogueurs n'attirent qu'une poignée de visiteurs? Et alors? «Ils avaient encore moins de chances d'être entendus autrefois, dit le journaliste. Les voix les plus intéressantes sont très entendues par contre, plus que jamais à vrai dire.»

Évidemment, ces voix ne sont pas toujours celles des journalistes. Cette simple vérité fait mal, constitue une véritable crise pour les plus mauvais échotiers. Sauf que la triste crise où s'enferment les uns peut aussi déjà constituer la mutation de biens d'autres. Et il faut toujours se méfier des idéologies de profession: le bûcheron se présente bien sûr comme le meilleur ami de la forêt et le journaliste comme le seul et unique gardien de la qualité de l'information...

«Soudainement, les professionnels découvrent qu'ils ne sont pas nécessairement les plus intéressants du monde, conclut le mordant et passionnant Andreas Kluth. En fait, on découvre surtout qu'une bonne part de la production journalistique s'avère atrocement ennuyante. Que cette portion des médias s'écrase et disparaisse, franchement, personne ne le regrettera. La crise de ce mauvais journalisme est même une excellente nouvelle. Le remplacement de ce mauvais journalisme professionnel par d'excellentes voix d'amateurs aussi...»
9 commentaires
  • Yvon Roy - Inscrite 13 novembre 2009 23 h 44

    Forêt

    Un arbre peut parfois cacher toute une forêt.

  • Michel Gaudette - Inscrit 14 novembre 2009 08 h 47

    Ah bon !

    L'information ne s'est jamais mieux porté??? Ah bon...

    Moi ce que je connais, c'est la multitude de mes lettres d'opinion envoyées à des quotidiens et qui aboutissent dans la poubelle de ceux-ci.

    La liberté d'expression se porte TRÈS mal au Québec... Le quotidien LA PRESSE ne publie que des lettres ou textes de spécialistes dans ses pages d'opinion et fait très peu de place aux lecteurs (contrairement aux quotidiens angliphones publiant chaque jour des dizaines de lettres de ses lecteurs)... J'en sais quelque chose, croyez-moi!!! Le Journal de Montréal, on n'en parle même pas.. Il ne reste que Le Devoir...

    Et sur Internet, il n'existe àucun forum rassembleur, articulé et sensé...

  • Simon Blais - Inscrit 14 novembre 2009 09 h 20

    Le web, extraordinaire

    À 23 ans, je n'ai pas le câble à la maison et je ne suis abonné à aucun journal-papier. Internet est ma principale source de contact avec le fabuleux royaume des informations. Les contenus se libèrent de plus en plus, et je retrouve régulièrement d'excellentes émissions que j'avais l'habitude de visionner lorsque j'étais abonné au câble. Elles sont maintenant disponible gratuitement en webdiffusion. Cela ne veut pas que j'ai une vie sociale à zéro: Internet est un agenda communautaire extrêmement efficace et de plus en plus accessible. J'ai fait mes choix.

    Le média a changé, mais les informations multiples sont encore disponibles, et comment!

  • Geoffroi - Inscrit 14 novembre 2009 09 h 44

    Vive Internet

    « L'Internet représente une menace pour ceux qui savent et qui décident. Parce qu'il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique.»

    Jacques Attali

  • Sylvain Auclair - Abonné 14 novembre 2009 11 h 24

    Les problèmes avec Internet

    1- N'importe qui peut y écrire n'importe quoi.
    2- Quant à l'information fiable qu'on y trouve, elle provient le plus souvent de... journaux. Quand ces derniers auront disparu, il n'y aura plus que des blogues (voir problème numéro 1).
    3- En fait, le plus souvent, le net n'est pas une source d'information, mais une caisse de résonance, où on répète le plus souvent les mêmes informations de multiples fois.