Médias - Silence radio à La Presse

La direction et les employés des quatre syndicats de La Presse affiliés à la CSN entrent dans un mutisme volontaire le temps que la Commission des relations du travail juge une plainte syndicale pour «négociation de mauvaise foi» et «ingérence dans les affaires syndicales». Les deux parties ont convenu de ne plus parler aux médias et la direction a accepté de ne plus communiquer directement avec les employés, court-circuitant du même coup les instances représentatives.

L'entente devrait tenir jusqu'au jugement de la Commission, attendu la semaine prochaine. La plainte déposée mercredi dernier veut empêcher la direction de continuer à s'adresser directement aux employés comme elle l'a déjà fait par courriels et dans les pages du quotidien. Elle réclame également le dépôt des états financiers des cinq dernières années pour justifier les demandes de concessions de l'employeur, une promesse faite en septembre par Gesca, propriétaire de La Presse. Les syndicats affiliés à la CSN jugent «trop partiels» les documents déposés jusqu'ici.

La direction a lancé un ultimatum aux employés pour en arriver à une entente avant le 1er décembre. Quatre syndicats ont un accord de principe. Le groupe des distributeurs, le plus menacé de la ronde actuelle, tient un vote aujourd'hui pour accorder un mandat de grève à ses dirigeants.

À voir en vidéo