À voir à la télévision le jeudi 23 juillet - Le diable au corps

Signe des temps, le film qui a choqué et captivé le monde entier, et l'Amérique pudibonde en particulier, est maintenant présenté à la télé dans l'indifférence la plus totale. Fini le tollé, tué le moulin à rumeurs enfiévré. Trente-cinq ans après les faits, un visionnement de L'Exorciste suscite pourtant encore la même réaction épidermique et paradoxale. Entre dégoût et fascination, l'estomac balance, mais les yeux demeurent rivés sur l'écran.

On connaît l'histoire: une fillette possédée par le diable est soumise à un exorcisme, rituel archaïque vaguement embarrassant pour l'Église catholique. Or voilà, le film de William Friedkin et le (très dense) roman original de William Peter Blatty sont tout sauf aussi simplistes. De fait, L'Exorciste propose un récit savamment articulé mettant en relief des thèmes forts, la foi et les limites de la science, et les traite avec intelligence en ayant le bon goût (!) de laisser planer une certaine ambiguïté.

On a abondamment rapporté les effets offensants dans lesquels se vautre, paraît-il, le film. En fait, ceux-ci sont essentiellement confinés à la seconde moitié de l'histoire et s'ils sont effectivement répugnants, ils ne sont en revanche jamais gratuits. Cela étant, on néglige l'essentiel, à savoir que L'Exorciste est une oeuvre importante. Il s'agit, d'une part, de la meilleure mise en scène de Friedkin (le montage initial et non la réédition de 2000) et, d'autre part, de l'un des films qui ont su le mieux utiliser les possibilités du montage sonore. Hormis la fameuse pièce de Mike Oldfield, le film mise sur des amalgames de sons hétéroclites pour créer ses ambiances. Enfin, l'interprétation est uniformément remarquable. Ellen Burstyn, la mère, est rien de moins que brillante (le doublage tue son interprétation, malheureusement). Les collectionneurs d'anecdotes seront en outre peut-être curieux d'apprendre que Blatty avait basé le personnage de Chris MacNeil (la mère, qui est une actrice) sur sa voisine et amie Shirley Maclaine, qui refusa le rôle parce qu'elle venait de tourner dans Joel le possédé. Décidément!

Cinéma / L'Exorciste - TVA, 23h35