Conflit au Journal de Montréal - Des employés manifestent devant le Centre Bell

En guise de manifestation, des employés ont décidé de jouer une partie de hockey sur la Place du centenaire.
Photo: En guise de manifestation, des employés ont décidé de jouer une partie de hockey sur la Place du centenaire.

Si Pierre-Karl Péladeau a les moyens d'acheter le Canadien, il a les moyens de mettre fin au conflit au Journal de Montréal. C'est le message qu'ont voulu faire passer hier midi les syndiqués de ce journal en lock-out depuis janvier, en organisant une manifestation festive devant le Centre Bell.

Environ 200 employés du journal sont arrivés à midi pile devant le Centre Bell, pour organiser une partie de hockey amicale sur la Place du centenaire des Canadiens.

«Si M. Péladeau est capable de mener un projet aussi gros que l'achat du Canadien, il est capable de négocier avec le syndicat, et il est capable de bien payer ses employés», a fait valoir Raynald Leblanc, président du Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal.

Un journaliste est allé plus loin, déclarant au micro que la section des spectacles «connaît les pressions qui sont faites pour qu'on parle de Star Académie et des propriétés de Quebecor dans le journal», ajoutant que les pressions seraient pires si Quebecor achetait le Canadien.

Par ailleurs, une jeune femme de 17 ans, Delphine Monsallier, a créé un groupe Facebook, Empêchons Quebecor d'acquérir le Canadien de Montréal, qui revendique plus de 600 membres.

La jeune femme était présente à la manifestation avec quelques amis. Elle a affirmé au Devoir n'avoir aucun lien avec les syndiqués. «Je suis un grosse fan du Canadien, dit-elle. Je pense que M. Péladeau contrôlerait trop de choses, et beaucoup de gens s'inquiètent qu'on pourrait être obligés de payer pour voir les parties de hockey» sur la nouvelle chaîne sportive que Quebecor veut créer.

À voir en vidéo