Campagne de soutien envers Radio-Canada - Le syndicat mise sur l'engagement citoyen

La campagne d’hier est portée par plusieurs personnalités publiques telles Gérard Larose, France Castel (qui agit comme porte-parole nationale) et Louise Portal.
Photo: Jacques Grenier La campagne d’hier est portée par plusieurs personnalités publiques telles Gérard Larose, France Castel (qui agit comme porte-parole nationale) et Louise Portal.

«Je suis, nous sommes pour un meilleur soutien à Radio-Canada»: tel est le slogan de la campagne lancée hier par un groupe de personnalités, qui veulent susciter une mobilisation de la population en faveur du diffuseur public.

Le Syndicat des communications de Radio-Canada a lancé hier sa grande campagne de soutien à l'entreprise publique en privilégiant le lien affectif entre la population et Radio-Canada.

«Nous ne sommes pas là juste pour faire de la dénonciation, explique le président du syndicat, Alex Levasseur. Nous voulons que ce soit positif et festif. C'est une campagne d'amour.»

Durant les prochaines semaines, les citoyens seront invités à écrire au premier ministre Harper à l'aide de cartes postales distribuées entre autres dans 300 librairies, pour expliquer pourquoi Radio-Canada devrait bénéficier d'un meilleur soutien.

«Nous allons miser sur la force de l'engagement citoyen», ajoute Alex Levasseur. Cette campagne est d'ailleurs distincte de celle lancée il y a dix jours par un groupe de citoyens, SOS Radio-Canada.

France Castel agit comme porte-parole nationale de la campagne, qui compte également sur des porte-parole régionaux comme Gérard Larose, Louise Portal, Florent Vollant et Yves Lambert. Lors du lancement de la campagne, hier, d'autres personnalités étaient venues témoigner de leur attachement à Radio-Canada dont Yvon Deschamps, Françoise David, Claudette Carbonneau et Louise Harel.

Cette dernière, candidate à la mairie de Montréal, a expliqué que «Radio-Canada a eu une extrême importance pour conforter la culture québécoise, et elle est maintenant un très important facteur d'intégration des immigrants».

Elle considère que l'actuel gouvernement conservateur est en partie responsable des maux de Radio-Canada. «Radio-Canada vit une réduction [de ses moyens] à petit feu, ce qui peut être pire que des compressions brutales.»

La campagne connaîtra un autre rebondissement la semaine prochaine, alors qu'un versant anglophone sera lancé pour soutenir CBC, et qu'un manifeste doit être divulgué, manifeste qui sera signé par une centaine de personnalités du monde politique, culturel, sportif, scientifique et sportif, indique-t-on.

À voir en vidéo