La Gazette des femmes cesse progressivement sa publication papier

Après 30 ans d'existence, la Gazette des femmes s'apprête à abandonner le papier pour être publiée uniquement sur Internet.

Cette nouvelle sera annoncée dans la prochaine édition du magazine, que les abonnés recevront dans une dizaine de jours. Cette édition veut justement célébrer les 30 ans de la publication.

Mais l'abandon de la version papier se fera de façon très graduelle. En fait, la Gazette des femmes sera publiée gratuitement sur Internet à compter de septembre, mais les actuels abonnés payants continueront à recevoir une version papier jusqu'à ce que les abonnements se terminent (jusqu'en 2011 dans certains cas).

La version Internet de la Gazette des femmes consistera en un magazine sur format PDF, mais on envisage l'année prochaine d'offrir des mises à jour plus régulières sur le site Internet.

La Gazette des femmes est le principal outil d'information du Conseil du statut de la femme, éditeur du magazine. La présidente du conseil, Christiane Pelchat, a indiqué hier au Devoir que «nous devons, de par notre mandat, informer la population des enjeux reliés à la condition féminine et à l'égalité hommes-femmes et, pour ce faire il devenait de plus en plus coûteux de fabriquer un magazine imprimé».

La décision s'inscrit à la fois dans un processus de révision des coûts, et à la fois dans la politique de développement durable du gouvernement québécois, qui prône une réduction du papier.

Mais Mme Pelchat ajoute que «nous voulons rejoindre les femmes plus jeunes, et nos analyses montrent qu'elles sont plus intéressées par des informations sur Internet que par un magazine papier».

La Gazette des femmes est publiée tous les deux mois. Jusqu'en 1994, le magazine était gratuit et il pouvait compter jusqu'à 64 000 abonnés. À partir de 1994, il est devenu payant, et le nombre d'abonnés a chuté à moins de 10 000. Il se maintient maintenant autour de 13 500 abonnés payants, et le nombre d'exemplaires vendus en kiosque est minime.

Christiane Pelchat ajoute que la plupart des actuelles collaboratrices du magazine se retrouveront dans la version Internet.

À voir en vidéo