À voir à la télévision le samedi 2 mai - Le prix de la compromission

Avec le succès de Slumdog Millionaire, il y a fort à parier que Hollywood se prendra sous peu d'intérêt pour l'Inde. Bien avant que les bonzes des grands studios ne prennent conscience de son existence ou, plus précisément, de sa rentabilité en tant que décor, la cinéaste danoise Susanne Bier (Frères) y campait une partie de l'action de son très beau film Après la noce, une oeuvre sombre portée par des personnages particulièrement bien dessinés.

L'intrigue, chargée mais limpide, débute et se conclut en Inde dans un modeste orphelinat tenu à bout de bras par Jacob, un Danois expatrié. Parmi les enfants dont il prend soin avec l'aide de quelques âmes dévouées se trouve Pramod, que Jacob a pris sous son aile dès la naissance. Menacé de fermeture, ce dernier se pince quand il reçoit une faramineuse offre de don d'un certain Jorgen, un riche compatriote. Il y a toutefois une condition: Jacob doit faire le voyage jusqu'au Danemark afin de rencon-trer son futur mécène. Ce qu'il fait. Sur place, tout ne se passe pas comme prévu, on s'en doute. Invité au mariage de la fille de Jorgen, Jacob se retrouve nez à nez avec la mère de la mariée, qu'il connaît fort bien...

Après la noce fait partie de ces films dont on est certain qu'ils iront dans telle direction mais qui, finement, déjouent nos attentes, ce qui, au cinéma, est bien agréable. De fait, la tournure que prennent les événements dans l'existence de Jacob surprend plus d'une fois, mais sonne toujours juste. Rien, ou presque, ne semble relever du caprice narratif visant à faire artificiellement avancer l'action. Les personnages, leurs comportements et leurs motivations sont parfaitement crédibles, et ce, en dépit d'un scénario qui, ailleurs, pour ne pas dire à Hollywood, aurait aisément pu virer en imbuvable mélodrame. Heureusement pour eux, et pour nous, Susanne Bier et son coscénariste appartiennent à l'école de la nuance. Vivement recommandé.

Cinéma / Après la noce - Télé-Québec, 22h30

À voir en vidéo