À voir à la télévision le vendredi 17 avril - Espoir sur fond gris

À l'origine du film La Dérobade, il y a un roman de Jeanne Cordelier, un succès de librairie en son temps (1976). Bien avant que le genre de l'autofiction en vienne à se diluer dans la mare de l'air du temps, l'auteure autodidacte proposait un récit dur et réaliste de la prostitution. Grand-mère spirituelle de Virginie Despentes et de Nelly Arcand, Cordelier a vu son premier roman adapté au cinéma en 1979 avec, en vedette, une star montante: Miou-Miou.

La Dérobade relate le parcours difficile de Marie, une jeune femme naïve qui quitte un milieu fami-lial abusif pour finir prostituée aux mains d'un mac beau parleur. En revoyant le film plusieurs années après ma première écoute, j'ai sourcillé à l'arrivée du générique en constatant qu'il avait été réalisé par un homme. Le commentaire ne se veut surtout pas sexiste mais, dans mon esprit, il s'était toujours agi du film d'une femme, à cause de la sensibilité du regard, de la compréhension intrinsèque du personnage, je ne sais pas... C'est dire combien Daniel Duval, qui s'est en outre donné le rôle peu glorieux du maquereau, a su rendre justice à l'oeuvre de Cordelier, qui a par ailleurs collaboré à l'adaptation en compagnie du cinéaste et de Christopher Frank (scénariste de L'important c'est d'aimer, d'après son roman). Bref, beau pedigree pour un film réussi. Dans le rôle de Marie, qui contribua à l'établir comme star française six ans après Les Valseuses, Miou-Miou est une révélation. En consoeur courageuse, Maria Schneider (Le Dernier Tango à Paris, Profession: reporter) est également très juste. L'union de survivance que forment les deux femmes est admirablement dépeinte.

Logeant à l'enseigne du réalisme sans effet, La Dérobade, le livre et le film, se pose en contrepoint du nihilisme spectaculaire mais stérile de Baise-moi (livre et film). Ce n'est sans doute pas une coïncidence si les écrits de Virginie Despentes tendent depuis quelques années à s'adoucir, délaissant le cynisme amer au profit d'une discrète note d'espoir. En cela, elle rejoint celle qui lui a ouvert la voie.

Cinéma / La Dérobade - Télé-Québec, 22h30

À voir en vidéo