À voir à la télévision le mardi 14 avril - Quelle famille !

Premier long métrage du couple formé par Valerie Faris et Jonathan Dayton, Little Miss Sunshine s'attarde au destin d'une famille joyeusement dysfonctionnelle, sujet ô combien cinématographique.

Voyez plutôt: Olive, sept ans, encouragée par son grand-père, rêve de devenir la Miss du titre. Papa, un motivateur ennuyeux, et maman, qui fait ce qu'elle peut, n'ont rien contre, mais leur compte en banque n'est pas de leur avis. En marge, frérot fait la gueule, la faute à Nietzsche, et papy se shoote à l'héroïne. Et il y a l'oncle Frank, spécialiste de Proust, dont les poignets bandés témoignent d'une certaine lourdeur existentielle. Oui, il s'agit bien d'une comédie, à l'humour plus ravageur que gentil, on s'entend.

Le ton et la démarche rappellent beaucoup un certain cinéma des années 1970: critique, subversif et fier de l'être. Reportez-vous 30 ans en arrière et imaginez Bruce Dern dans le rôle du père, Karen Black dans celui de la mère, Jon Voight en tonton dépressif, etc. Ça fonctionne étonnamment bien, et pas besoin de changer une seule ligne au scénario! Tout ça pour dire que le film fait écho, par ses thèmes et sa manière de les aborder, à une époque où le cinéma américain cherchait ses icônes et ses sujets dans la contre-culture. Aujourd'hui, la donne n'est plus la même, certes, quoique les grands studios carburent encore majoritairement à la superficialité. Dans ce contexte, Little Miss Sunshine constitue un merveilleux antidote aux produits préfabriqués de la culture de masse.

Venus du monde clinquant mais formateur du vidéoclip et de la publicité, les cinéastes proposent une mise en scène savamment dépouillée, préférant manifestement laisser toute la place aux comédiens, exceptionnels. Adoptant les traits de la craquante Abigail Breslin, la joufflue Olive fait assurément tache parmi les petites poupées de porcelaine trop peintes des concours de beauté juvéniles. Et c'est là tout son charme! Même si on le voit un peu venir, le dénouement n'en demeure pas moins jouissif. Une petite comédie plus grande qu'il n'y paraît.

Cinéma / Little Miss Sunshine - Télé-Québec, 21h

À voir en vidéo