À voir à la télévision le mercredi 8 avril - Le sexe et l'autre ville

Les nouvelles émissions à l'antenne de TQS sont de qualité inégale (le décalage entre une série comme Dirty Sexy Money et les jeux Wipeout et Le Mur est plutôt évident... ), mais on sent toujours une volonté d'aller chercher un public en particulier: les jeunes hommes amateurs de sensations fortes et de filles bien roulées et peu vêtues.

Dans ce dernier domaine, ils seront servis avec Californication, une série américaine au titre évocateur mais qui en surprendra plusieurs (agréablement) grâce à la qualité de son scénario et de ses acteurs.

On y suit les frasques de Hank Moody (David Duchovny, dans un rôle aux antipodes du vaillant agent Mulder de X-Files), un écrivain new-yorkais vivant depuis quelques années dans la Cité des anges, au franc-parler souvent dangereux, en panne d'inspiration depuis des lustres, largué par sa compagne qu'il aime toujours, papa à temps partiel d'une adolescente allumée, mais surtout grand consommateur d'alcool et de femmes, idéalement très jolies et peu accessibles. Entre deux séances de jambes en l'air, le pauvre Hank tente d'oublier que son grand succès

littéraire, un roman nihiliste intitulé Dieu nous hait, a été adapté au cinéma sous la forme d'une comédie romantique mièvre, essaie de sauver ce qui reste de sa relation avec son «ex» et sa fille et accepte une offre pour devenir blogueur sur le site d'un magazine branché de Los Angeles, propriété du nouvel amoureux de son ancienne compagne.

Il émane de cette série des effluves bukowskiens évidents, révisés à la mode du XXIe siècle, la «débauche» n'étant plus ce qu'elle était. C'est un portrait peu flatteur des moeurs sexuelles actuelles que dresse cette production soignée et très divertissante. Dans le rôle principal, Duchovny est criant de vérité, tellement qu'il aurait été traité dernièrement pour un problème de dépendance sexuelle...

Californication - TQS, 21h30

À voir en vidéo