À voir à la télévision le lundi 6 avril - Passions acadiennes

Belle-Baie est une télésérie étonnante. Lorsqu'elle a été créée l'année dernière, on craignait un peu le cliché campa-gnard ou maritime. Surprise: elle abordait avec intelligence des thèmes très contemporains. L'année dernière, l'histoire tournait autour d'un incinérateur qu'une multinationale voulait construire dans la baie, projet qui a été temporairement mis entre parenthèses parce que les citoyens ont obtenu la réalisation d'une étude environnementale.

La télésérie tourne encore autour de Margot Paulin (Pascale Bussières), une femme d'affaires dynamique qui a fait de son modeste restaurant le lieu de passage obligé de toute la communauté de Belle-Baie. Mais dans cette deuxième série, sa patience sera mise à rude épreuve: son amoureux, Max, se présente à la mairie de la municipalité, mais sa meilleure amie, Ginette, décide elle aussi de poser sa candidature. Margot ne veut surtout pas avoir à choisir entre ces deux personnes.

Glenda Paulin, interprétée par Micheline Lanctôt, est un autre personnage intéressant: la mère de Margot est paraplégique, confinée à un lit, et elle aimerait que son vieil amant l'aide à en finir avec la vie. Ce n'est pas vraiment très jojo, comme on peut le voir.

Belle-Baie est un projet assez ambitieux. Il s'agit d'une très rare coproduction entre le Québec (Cirrus Communications) et le Nouveau-Brunswick (Productions Phare-Est). Le tournage s'est effectué dans une demi-douzaine de localités acadiennes, principalement dans les régions de Caraquet et de Bouctouche. La distribution compte 77 rôles, ce qui est beaucoup! C'est l'auteure Renée Blanchar qui signe la série, avec Brigitte d'Amours; elle en est également la réalisatrice.

Belle-Baie - Radio-Canada, 21h

À voir en vidéo