À voir à la télévision le samedi 4 avril - Génocide tranquille

Martha Flaherty est la petite-fille de Robert Flaherty, réalisateur de Nanook of the North. C'est pendant le tournage de son film que l'Américain a eu une aventure avec sa comédienne principale.

De cette brève rencontre naîtra un fils, Josephie, que le cinéaste ne reconnaîtra jamais, même beaucoup plus tard, à une époque où ce dernier et sa famille auraient eu grand besoin d'un coup de main. À l'instar du gouvernement canadien, qui ne pensait alors qu'à sauver ses billes dans le Grand Nord, le pionnier du cinéma documentaire s'est fait le témoin silencieux d'un génocide tranquille. Martha qui vient du froid comble un vide dans la mémoire collective, prompte elle aussi à fermer les yeux quand ça l'arrange.

À l'heure où les richesses du sous-sol de l'Arctique sont convoitées comme jamais, il est bon de voir vers quelles dérives insensées peut conduire le jeu politique du roi de la montagne. Dans les années 1950, c'est sous prétexte de les conduire vers une terre plus généreuse que le gouvernement «déplace» des familles inuites à des milliers de kilomètres plus au nord. Plusieurs ne vivront pas assez longtemps pour dénoncer le mensonge dont ils ont été victimes. Et tout cela, au nom de la souveraineté du territoire. Comme quoi, plus ça change...

Produit par Monique et Marcel Simard, le documentaire de Marquise Lepage (Des marelles et des petites filles...) brosse un portrait à hauteur de femme, mais aussi de peuple, des plus humains. Sobre et dépourvue d'aspérités stylistiques, sa réalisation mise beaucoup sur le charisme naturel des participants et sur la charge émotionnelle contenue dans leurs témoignages. Élément clé d'un tel exercice, le montage fluide et dynamique amalgame avec aisance photos et films d'archives, extraits de Nanook of the North et images actuelles de Martha Flaherty captées sur les lieux de son enfance. Le tout enrobé de la narration délicate d'Elisapie Isaac (du groupe Taima), qui signe également la musique envoûtante qui accompagne le film. Une oeuvre émouvante qu'il faut voir pour apprendre, mais surtout pour ne pas oublier.

Martha qui vient du froid - TV5, 19h

À voir en vidéo