À voir à la télévision le dimanche 22 mars - Essentiel

Ingmar Bergman est l'un des géants incontestés du septième art. Sa filmographie témoigne d'une rigueur exemplaire que bien peu ont atteint. Si on admire l'oeuvre, fascinante et exigeante, on connaît peu le génie qui l'a engendrée. Bergman, l'homme, n'était pas une bête médiatique. Pourtant, en 2004, il a ouvert sa porte, ses archives et son coeur à la documentariste Marie Nyreröd. Le fruit de leurs entretiens revêt la forme d'un triptyque.

L'agencement des trois segments a bien été choisi. Bergman et le cinéma, qui ouvre le bal cette semaine, constitue une incursion fascinante dans l'oeuvre cinématographique de l'auteur, qui raconte combien ses films sont le reflet de sa propre existence. Abordé chronologiquement, de Crise, en 1946, jusqu'à Sarabande, en 2003, chacun est accompagné d'extraits mais, surtout, de films personnels et de photos. Un coup d'oeil à l'album de famille révèle que certains plans des Fraises sauvages sont issus de l'enfance de Bergman, entre autres anecdotes. Ce dernier confesse en outre être particulièrement fier de Persona et de Cris et chuchotements, ses deux films favoris et qu'il trouve, en toute modestie, novateurs. Le tout est émaillé de réflexions sur la vie et la mort, de confidences troublantes de candeur et de sincérité.

Bergman et le théâtre poursuit sur cette lancée. On y apprend que la scène a toujours eu la faveur du metteur en scène, plus encore que le cinéma: 125 pièces en témoignent. D'abord accompagné de l'acteur Erland Josephson, vieux complice de Bergman, ce volet s'intéresse plus tard au travail télévisuel, lui aussi à l'origine de grandes satisfactions pour le sujet, telles Scènes de la vie conjugale et Fanny et Alexandre.

Les téléspectateurs patients seront récompensés avec l'ultime volet, Bergman et l'île de Farö, où il tourna nombre de ses films et où il s'installa après Persona. Confidences et révélations intimes se succèdent avec, toujours, quelques extraits de films en guise d'écho. Pour deux dimanches encore.

Bergman, une trilogie - Télé-Québec, 23h

À voir en vidéo