Décisions du conseil d'administration - Radio-Canada peaufine son plan pour traverser la crise

Radio-Canada veut vendre des actifs pour passer à travers la crise actuelle et prépare un «programme incitatif de retraite volontaire ciblé». L'entreprise a également convenu de ne pas augmenter la rémunération de ses hauts dirigeants.

Dans une note de service envoyée hier à son personnel, le p.-d.g. de Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, a donné quelques indications sur le plan adopté par le conseil d'administration de mardi dernier.

M. Lacroix précise que c'est mercredi prochain, le 25 mars, qu'il rendra compte de l'ensemble de la situation financière de l'entreprise, et de la stratégie de la direction.

Mais dans sa lettre d'hier, le p.-d.g. a révélé quelques-unes de ses priorités.

Ainsi, Hubert T. Lacroix écrit que le budget adopté «présume que le gouvernement autorisera la vente d'un nombre suffisant d'actifs pour que nous puissions lever [sic] assez de fonds pour passer à travers la crise sans avoir à faire de coupures supplémentaires».

Ces actifs ne sont pas encore déterminés, mais des journaux anglophones ont évoqué la vente possible de Radio 3 de CBC.

Le président promet également que la radio demeurera sans publicité, et qu'il n'y aura aucune augmentation du nombre d'émissions américaines dans la grille horaire de CBC.

Par ailleurs, un gel des salaires a été décrété pour les hauts dirigeants, en fonction des échelles salariales de 2008, et les primes au rendement pour 2009-10 sont réduites de 50 %. La rémunération des 80 cadres supérieurs serait donc réduite de 10 à 20 %, selon ses calculs.

Enfin, le conseil d'administration a autorisé un programme de retraite volontaire, dont les détails seront connus la semaine prochaine.

Hubert Lacroix incite ses employés à la patience, en précisant que, d'ici mercredi, «attendez-vous à ce que les rumeurs aillent bon train dans les médias. C'est tout à fait normal, mais rappelez-vous que ce ne sont que des rumeurs, et que nous n'y donnerons pas suite».

Hubert T. Lacroix affirme également ne pas être guerre contre l'actuel ministre du Patrimoine. «J'ai eu plusieurs contacts avec lui au cours des derniers mois, écrit-il, et je m'entends bien avec lui.»

Le montant exact du déficit à Radio-Canada n'est pas encore officiel, mais on s'attend à ce qu'il dépasse 100 millions.

À voir en vidéo