À voir à la télévision le samedi 28 février - L'autre Moreau du cinéma français

Je ne suis pas du nombre des chanceux qui ont assisté au spectacle solo de Yolande Moreau quand cette dernière a foulé les planches québécoises. Écrit et conçu par elle, ce spectacle ludique aura servi de préambule au film Quand la mer monte, délicieuse première oeuvre que la comédienne a coréalisé avec le chef opérateur Gilles Porte.

Quand la mer monte relate la tournée en province — dans le nord de la France, pour être exact — d'une actrice quinquagénaire qui présente un spectacle solo interactif. Chaque soir, en effet, Irène choisit un spectateur dans la salle, lequel interprétera son amoureux le temps de la représentation. Victime d'ennuis mécaniques sur la route, l'actrice fait la connaissance de Dries, un jeune homme menant une existence frugale. Quelques remerciements et une paire de billets plus tard, une idylle est née. Ah oui, un détail: Irène est une femme mariée.

Quel agréable moment que celui que nous fait passer Yolande Moreau, dont la présence lumineuse irradie de l'écran. Le physique atypique de l'actrice ne fait qu'ajouter au charme imprévisible de ce film hors normes. De fait, la comédienne utilise son spectacle comme un contrepoint à la trame amoureuse, tel un commentaire, voire une mise en abyme. Cette avenue narrative traduit une idée de jeu très présente dans la manière qu'ont d'interagir Irène et Dries. Mornes au possible, les échanges téléphoniques entre la première et son mari viennent quant à eux illustrer le cul-de-sac conjugal duquel tente de s'extraire Irène... ne serait-ce que le temps d'une tournée.

Couvert de récompenses aux César (meilleure réalisation et meilleure actrice), Quand la mer monte constitue une variation inédite sur l'importance que revêt le sentiment amoureux dans la vie des êtres, même quand il s'agit d'une passion fugace. Rideau.

Cinéma / Quand la mer monte - Télé-Québec, 22h30

À voir en vidéo