Dumont passe de l'ADQ à TQS

Mario Dumont avec Robert Montour (TQS) et André Provencher (La Presse Télé)
Photo: Jacques Grenier Mario Dumont avec Robert Montour (TQS) et André Provencher (La Presse Télé)

Mario Dumont sera toujours omniprésent à l'écran, mais de l'autre côté de la table: d'éternel interviewé, il devient l'automne prochain le nouvel animateur d'une émission d'affaires publiques à TQS.

De plus, l'ex-chef de l'opposition officielle participera de très près à la relance du réseau, puisque dès le mois de mars il travaillera comme «conseiller développement stratégique» de TQS, un nouveau poste créé pour lui. L'ancien chef de l'ADQ entend «guider et conseiller» la direction de TQS dans «le redéploiement du réseau partout au Québec».

Dès le lendemain de l'élection du 8 décembre dernier, Mario Dumont avait été contacté par André Provencher, président de La Presse Télé, une filiale de Gesca qui oeuvre dans la production d'émissions (Le Match des étoiles, Les Parent, La Petite Séduction, etc.).

Se recycler en animateur de télévision «n'était pas mon premier choix», admet Mario Dumont, mais après mûre réflexion il a décidé de plonger.

L'émission Dumont 360, produite par La Presse Télé, sera donc diffusée en fin d'après-midi ou au début de la soirée, du lundi au vendredi, et choisira chaque jour un sujet d'actualité pour en faire le tour. On y présentera entrevues et reportages. «Je ne me considère pas comme un journaliste, précise le principal intéressé; plutôt comme un animateur.»

Le métier d'animateur est un apprentissage qu'il doit faire, admet Mario Dumont, mais il met de l'avant sa longue expérience politique comme atout, avec «ma capacité de parler aux gens, ma capacité d'expliquer des enjeux complexes, et ma conscience du Québec, de ses régions, de

la mentalité des Québécois».

Mario Dumont soutient qu'il ne s'agit pas pour lui d'une nouvelle tribune pour promouvoir les idées de l'ADQ. «Mon but, soutient-il, c'est d'aller chercher une diversité de points de vue et de présenter au public tous les angles de la question.»

À la question de savoir si ses anciens adversaires politiques accepteront facilement de se présenter à son émission, Mario Dumont répond qu'«ils vont laisser passer une couple [sic] de semaines pour voir de quoi a l'air l'émission et, après avoir vu, ils vont comprendre leur intérêt».

Comme conseiller du réseau, Mario Dumont tentera-t-il de convaincre la direction de TQS d'offrir plus d'émissions d'information en ondes? «Il y a une volonté de faire de l'information, répond-il, et de s'assurer que les régions ont une véritable vitrine à TQS.»

À voir en vidéo