À voir à la télévision le vendredi 6 février - Une adaptation fidèle

Adapter pour le cinéma l'oeuvre de Michel Houellebecq ne va pas de soi. Ce n'est pas tant la portée des thèmes que leur densité qui a de quoi donner le vertige à n'importe quel scénariste.

À la base, les constructions narratives complexes demandent souvent à être simplifiées afin de donner un film «lisible». C'est la tâche à laquelle s'est attelé le réalisateur et scénariste allemand Oskar Roehler (No Place to Go) qui, à défaut d'atteindre la même profondeur, réussit néanmoins une adaptation assez fidèle.

Nés de pères différents, Michael et Bruno ont été placés par leur mère chez leurs grands-parents respectifs afin de permettre à celle-ci de vivre tout son saoul l'ère hippie. Quelques décennies plus tard, le premier est devenu un biologiste brillant mais renfermé tandis que le second ne parvient guère à contrôler ses pulsions libidineuses. À force de conneries, Bruno perd boulot, femme et enfant et se réfugie dans une clinique nouvel âge. De son côté, Michael renoue avec Annabelle, une amie d'enfance. Sexualité tordue et commentaire social grinçant sont au menu.

Dès le départ, la table est mise pour une dissection froidement scientifique: un frère pour l'éthos, l'autre pour le pathos. Sauf que Roehler a choisi une avenue plus ouvertement émotionnelle vers la fin qui, bien que ne relevant pas du roman ou de la manière de Houellebecq, permet quelques passages prenants. Comme s'il favorisait inconsciemment la passion de Bruno plutôt que la rigueur de Michael, le cinéaste s'attarde beaucoup sur le destin du premier. Cet aspect sert le film, qui trouve là un ancrage émotionnel valable permettant au spectateur d'éprouver une certaine empathie pour les personnages, et ce, malgré des comportements souvent troublants.

Les puristes tiqueront peut-être, tout comme ils regretteront qu'aient été gommés les développements futuristes de l'intrigue. Dans sa forme finale, le film de Roehler se tient toutefois très bien. Ajoutez à cela une interprétation de haut calibre de Moritz Bleibtreu (L'Expérience), de Christian Ulmen, de Martina Gedeck (Mostly Martha) et de Franka Potente

(Cours, Lola, cours)...

Cinéma / Les Particules élémentaires - Artv, 23h30

À voir en vidéo