Controverse à Ici: un chroniqueur se dit censuré

Le chroniqueur littéraire Michel Vézina quitte l'hebdo Ici dans la controverse, en soutenant que sa dernière chronique a été censurée.

Dans le dernier numéro de l'hebdomadaire montréalais gratuit Ici, Michel Vézina annonce en effet aux lecteurs qu'il signe sa dernière chronique. «Pour des raisons hors de mon contrôle et de ma volonté, je ne tiendrai malheureusement plus cette chronique», écrit-il. Le chroniqueur, qui oeuvrait au journal depuis quatre ans, remercie ensuite tous ceux avec qui il a travaillé.

Mais dans une déclaration envoyée hier aux médias, Michel Vézina soutient que son texte a été modifié. La version originale envoyée au journal, dit-il, aurait du se lire comme suit: «Vous avez été nombreux à avoir remarqué que mon nom n'apparaissait pas sur la liste des chroniqueurs, en une du dernier numéro du Ici. J'ai cru bon poser la question à mon patron, lundi dernier. Pour toute réponse, il m'a signifié que le temps était venu que nous nous séparions. J'aurais «fait le tour».

Michel Vézina soutient que cette coupure relève de la «censure pure et simple» et que la version publiée par l'hebdomadaire Ici, propriété de Quebecor, donne l'impression qu'il «rend les armes, qu'il baisse les bras, bref, qu'il démissionne».

Michel Vézina rappelle qu'il n'avait pas encore signé le contrat de cession de droits, non négociable, qu'impose depuis peu Quebecor à tous ses pigistes, contrat dénoncé par l'Association des journalistes indépendants.

Plus tôt cette semaine, Michel Vézina avait déclaré au journaliste Steve Proulx de l'hebdo Voir qu'il était prêt à signer ce contrat à condition qu'il soit clairement indiqué que ses textes ne puissent pas servir à «boucher les trous» dans le Journal de Montréal advenant un lock-out.

À voir en vidéo