À voir à la télévision le vendredi 30 janvier - Un aspect méconnu de la guerre de Sécession

Amis depuis l'enfance, Jake Roedel et Jack «Bull» Chiles sont de jeunes hommes à peine dégourdis quand éclate la guerre civile américaine. Quand le père de Jack est tué par l'Armée de l'Union, les deux camarades, fidèles aux confédérés, s'enrôlent dans une brigade de bushwhackers constituée de miliciens ayant recours à des techniques de guérilla pour arriver à leurs fins. Puis Jake est grièvement blessé. Et l'amour s'en mêle...

Ang Lee est un cinéaste à la fois éclectique et constant. Depuis ses débuts en 1992, il a visité plusieurs genres: la comédie sentimentale (The Wedding Banquet), l'étude de moeurs (The Ice Storm), la science-fiction (The Hulk), le western (Brokeback Mountain), etc. Chaque fois, un souci de détourner les conventions; chaque fois, un désir manifeste de comprendre le plus grand en explorant le plus petit. Ride with the Devil ne fait pas exception.

Victime d'une mauvaise conjoncture et d'une distribution inefficace, ce film répondant pourtant à plusieurs impératifs commerciaux de studio est passé presque inaperçu lors de sa sortie en 1999.

Il mettait pourtant en vedette Tobey Maguire (Spider-Man), alors jeune acteur montant, et Jewel, chanteuse pop qui faisait là de prometteurs débuts d'actrice. Les cinéphiles apprécieront la qualité de la distribution, qui aligne, entre autres, le toujours excellent Tom Wilkinson, Mark Ruffalo, Jim Caviezel, Jonathan Rhys Meyers, Simon Baker et Jeffrey Wright.

Production opulente au souffle épique, Ride with the Devil fait bon usage de superbes décors naturels que la direction photo de Frederick Elmes (un habitué de Lee et de Jim Jarmush) vient mettre en valeur.

Un divertissement solide qui a le mérite de mettre en lumière un aspect peu connu de la guerre de Sécession. Cinéphiles et férus d'histoire devraient y trouver leur compte.

Cinéma / Chevauchée avec le diable - Historia, 22h

À voir en vidéo