À voir à la télévision le lundi 26 janvier - La chair à canon

À la fin de mars 2003, des soldats sont allés frapper à la porte de Fernando Suarez del Solar et lui ont annoncé que son fils Jesus était mort en héros, frappé par un tir ennemi en Irak. M. del Solar apprend quelques jours plus tard que Jesus a probablement marché sur un obus américain qui n'avait pas éclaté.

Ce n'est pas ce mensonge qui choque le plus l'immigrant mexicain, mais bien les fausses promesses des recruteurs du corps des marines, qui avaient fait miroiter un avancement professionnel rapide et une faible probabilité d'aller au front.

Les premières victimes américaines de la guerre en Irak étaient presque toutes d'origine latino-américaine et plusieurs n'étaient même pas des citoyens des État-Unis. En fait, les Chicanos et les autres Latinos sont surreprésentés, aussi bien dans cette nécrologie que dans les effectifs des forces armées américaines, à cause de la pyramide des âges propre à cette communauté. Aussi, les recruteurs des différents corps de l'armée américaine sont-ils particulièrement actifs dans les écoles fréquentées par les Latinos. Intitulé Une mort insensée, le film de Raymonde Provencher décrit ce phénomène en suivant M. del Solar et d'autres proches de soldats latinos tombés en Irak, comme le père adoptif de José Antonio Gutierrez, la toute première victime américaine du conflit irakien, et la mère d'un autre soldat décédé qui se trouve en situation irrégulière et qui risque l'expulsion.

Questions de société / Une mort insensée - Télé-Québec, 21h

À voir en vidéo