À voir à la télévision le samedi 24 janvier - L'extrême servi sur glace

Les voyages, les sports, les aventures et l'humour se drapent aujourd'hui volontiers du qualificatif d'«extrême». Au chapitre des expériences humaines, tout est désormais porté vers une sorte d'enflure vers l'ultime. Même la gomme à mâcher est devenue «extrême»!

Cette mode de l'«extrême» se manifeste vraiment tous azimuts, dans une volonté sociale évidente de se trouver parfaitement en phase avec l'économie capitaliste, vouée comme on le sait à obtenir des rendements exceptionnels de tout et n'importe quoi.

À Québec, la présentation du Red Bull Crashed Ice est à située dans cette logique des extrêmes qui caractérise si bien notre époque. Imaginez une rampe de glace installée en haut du cap Diamant, juste au pied du Château Frontenac. De là, des patineurs casqués, sélectionnés pour leur habileté à jouer les casse-cous, s'élancent à toute vitesse sur une piste au dénivelé impressionnant. Leur objectif: rallier en patins, contre l'entendement même, le bas de la ville, en évitant de se tuer.

Un public nombreux, l'air un peu hébété, assiste à ce spectacle. Du vieux rock anglais, cette nouvelle forme de musique militaire propre à soutenir l'enthousiasme des combattants, est diffusée partout, tandis que les casse-cous, présentés tels des gladiateurs sur glace, risquent leur vie au nom de cette poursuite inouïe de l'«ultime».

La publicité de l'événement nous apprend que le Red Bull Crashed Ice est «le sport le plus spectaculaire et extrême sur patins». Mais au fait, quel est exactement le nom de ce «sport»? Il n'en a pas, sinon celui de son commanditaire.

L'étrangeté de toute cette histoire est encore soulignée par l'affiche qui publicise l'événement. À dominante rouge et noir, les couleurs mêmes de tous les extrémismes du siècle passé, l'affiche montre une ville de Québec qui n'existe pas: des patineurs anonymes se jettent dans une descente folle dont le point de départ semble être le ciel. On ne reconnaît aucun immeuble de la Vieille Capitale, sinon les formes vagues du Château Frontenac, cet édifice déjà passablement irréel tant il est digne d'une fable de Walt Disney. Est-ce le monde à l'ère de la glace?

Red Bull Crashed Ice / Québec 2009 - TVA, 20h30

À voir en vidéo