Télévision à la une - De la grande visite

À l'instar du football américain, le hockey sur glace se prête plutôt mal à un exercice tel qu'un match des Étoiles. Dans le temps, ç'allait, mais en cette ère postmoderne d'immense prospérité, la lourdeur des contrats fait en sorte que la première préoccupation des joueurs — et de leurs dirigeants — pour l'occasion consiste à veiller à ne pas se blesser, et à éviter de blesser les autres.

C'est l'enjeu d'un match sans enjeu. Résultat: pas de mises en échec, aucune robustesse, une longue séance de patinage de fantaisie où les gardiens sont laissés à eux-mêmes et où la quinzaine de buts au total est régulièrement dépassée (le record a été établi en 2001, 14-12 pour l'Amérique du Nord contre le reste du monde, les ampoules des lumières rouges derrière les filets ont failli brûler). Bref, il s'agit moins de hockey que de marketing.

Pour l'amateur, la classique des étoiles est quand même l'occasion de voir tous les meilleurs joueurs en même temps. Et les concours d'habiletés présentés la veille du match sont souvent spectaculaires.

En cette année du centenaire du Canadien, il allait de soi que la rencontre fût présentée à Montréal. C'est donc au Centre Bell que défilera la crème de la crème.

Et si le match ne compte pas, cela ne l'a pas empêché de faire l'objet d'une certaine controverse autour du processus de sélection des formations partantes. La proverbiale tempête dans le proverbial verre d'eau, mais ç'a fait jaser.

C'est que les gens pouvaient voter autant de fois qu'ils le voulaient pour leurs joueurs favoris. Or, dans les heures suivant l'ouverture du vote, les porte-couleurs du Canadien ont rapidement pris une avance insurmontable, à tel point qu'on a soupçonné que des tours de passe-passe informatique avaient été utilisés pour bourrer les urnes virtuelles.

Après avoir enquêté, les autorités de la Ligue nationale ont déterminé, on ne sait trop comment, qu'il y avait effectivement eu tricherie de quelque nature. On a donc retiré plusieurs dizaines de milliers de voix aux Tricolores. Puis ça s'est soudainement mis à s'agiter du côté de Pittsburgh, mais on a laissé jouer, ce qui a eu pour effet de ramener au sommet d'authentiques étoiles qui méritaient de s'y trouver, comme Sidney Crosby et Evgeny Malkin. Le Canadien sera quand même surreprésenté au sein des partants avec quatre joueurs sur six dans la formation de l'Est.

Les partants de l'Est: Crosby, Malkin (Pittsburgh), Alexei Kovalev, Andrei Markov, Mike Komisarek, Carey Price (Montréal). Les autres joueurs sont les attaquants Jeff Carter (Philadelphie), Dany Heatley (Ottawa), Ilya Kovalchuk (Atlanta), Vincent Lecavalier (Tampa Bay), Alexander Ovechkin (Washington), Zach Parise (New Jersey), Marc Savard (Boston), Eric Staal (Caroline) et Thomas Vanek (Buffalo), les défenseurs Jay Bouwmeester (Floride), Zdeno Chara (Boston), Tomas Kaberle (Toronto) et Mark Streit (Islanders de New York),

et les gardiens Henrik Lundqvist (Rangers de New York) et Tim Thomas (Boston).

Pour l'Ouest, on retrouvera les attaquants Patrick Kane et Jonathan Toews (Chicago), Ryan Getzlaf (Anaheim), Dustin Brown (Los Angeles), Pavel Datsyuk (Detroit), Shane Doan (Phoenix), Milan Hejduk (Colorado), Jarome Iginla (Calgary), Mike Modano (Dallas), Rick Nash (Columbus), Joe Thornton (San Jose) et Keith Tkachuk (St. Louis), les défenseurs Brian Campbell (Chicago), Scott Niedermayer (Anaheim), Dan Boyle (San Jose), Nicklas Lidstrom (Detroit), Sheldon Souray (Edmonton) et Shea Weber (Nashville), de même que les gardiens Jean-Sébastien Giguère (Anaheim), Niklas Backstrom (Minnesota) et Roberto Luongo (Vancouver).

Tant au Réseau des Sports que sur CBC, plusieurs émissions sont proposées aux amateurs au cours du week-end.

Concours d'habiletés - RDS et CBC, samedi à 18h30

Le 57e match des Étoiles de la LNH - RDS et CBC, dimanche à 18h

À voir en vidéo