Conflits syndicaux dans les quotidiens de Montréal - The Gazette pourrait être en lock-out dès lundi

Les problèmes s'accumulent pour les journaux montréalais: alors que le Journal de Montréal fait face aux discussions de la dernière chance aujourd'hui, les employés de The Gazette craignent au plus haut point le déclenchement d'un conflit de travail lundi.

Au Journal de Montréal, les discussions étaient encore dans l'impasse hier, selon les informations du Devoir, et la direction de l'entreprise n'a pas apprécié que le syndicat revienne devant le conciliateur hier avec les mêmes positions, après avoir tenu une assemblée générale mercredi pour réitérer son soutien à son comité de négociation.

À moins d'un déblocage très improbable aujourd'hui, tout semble donc en place pour le déclenchement d'un conflit majeur cette fin de semaine. Depuis le début janvier, le syndicat et la direction négociaient devant un conciliateur et s'étaient engagés à ne faire aucune déclaration publique jusqu'à ce soir, 23 janvier.

Par ailleurs, la température n'est pas non plus au beau fixe en ce qui concerne The Gazette, alors que des rumeurs persistantes font état de la possibilité d'un lock-out lundi.

Les syndiqués de The Gazette doivent se réunir dimanche en assemble générale pour voter sur les dernières offres patronales.

Les négociations à The Gazette ont été moins médiatisées que celles au Journal de Montréal, mais les employés sont sans contrat de travail depuis cet été. Les négociations ont commencé en juillet et elles n'ont pas encore permis d'en arriver à une solution.

Le 15 janvier dernier, la Guilde des employés de journaux de Montréal, le syndicat qui regroupe quelque 250 employés à The Gazette (rédaction, publicité, bureau, annonces classées, etc.) lançait une pétition, Sauvez l'aspect «Montréal» de la Gazette, pour protester contre les intentions du propriétaire, Can West Global, de déplacer plusieurs services et activités à l'extérieur du Québec.

En novembre dernier, Can West avait annoncé une réduction de 5 % de ses effectifs au pays, soit environ 560 emplois, pour tenter de réduire ses coûts d'exploitation de 61 millions par année.

À Montréal, The Gazette avait mis sur pied en 2007 un programme de départs volontaires qui a permis d'économiser un million de dollars. Au printemps 2008, le journal annonçait son intention de transférer à Winnipeg 46 emplois de son service à la clientèle.

À voir en vidéo