À voir à la télévision le lundi 29 décembre - Princesse du peuple ?

Dans l'esprit de plusieurs, Valérie Lemercier demeure indissociable du personnage de Frénégonde de Pouille, l'inénarrable bourgeoise de province du film Les Visiteurs. Vrai qu'elle y est mémorable. Mais l'actrice est également réalisatrice, seconde discipline qu'elle aborde par le truchement de sujets inattendus, qu'elle traite sur un ton tout aussi singulier. Palais royal !, c'est son hommage grinçant à lady Di, dont on ne sait trop si elle l'aime, la plaint ou la méprise. Peut-être les trois.

Mariée au prince Arnaud, le cadet de la famille royale, Armelle, une gentille orthophoniste dévouée à son époux et à leurs deux adorables fillettes, se voit, contre toute attente, couronnée reine au décès de son beau-père. Gaffeuse et peu à son aise dans les mondanités, la princesse Armelle exaspère aussi bien sa belle-mère que son époux infidèle. Or quand, justement, la jeune femme se découvre cocue, un important changement de tempérament s'opère. Et la voilà qui s'acoquine à la presse «people», pour le plus grand plaisir du bon peuple, qui s'amourache soudain de cette pauvre princesse humiliée et incomprise, méprisée par une famille royale hautaine et éloignée des petites gens. Lesquels se reconnaissent volontiers en Armelle, qui paradoxalement n'a jamais été moins sincère.

Palais royal ! égratigne tout le monde et son voisin, des rituels monarchiques empesés aux traques parfois dangereuses des paparazzis en passant par la manipulation des médias qui, tantôt naïfs, tantôt complaisants, créent des monstres qu'ils ne contrôlent jamais autant qu'ils voudraient bien le croire.

Les comédiens se plient à l'exercice avec une bonne humeur évidente et distraient d'une certaine mollesse d'exécution. Lemercier est tout bonnement jouissive en princesse du peuple et, dans le rôle de l'acerbe reine-mère, Catherine Deneuve est, c'est le mot, royale.

Cinéma / Palais Royal ! - Télé-Québec, 21h

À voir en vidéo