Cinéma - Quatre regards pour quatre revues

Depuis trente ans, la SODEP propose aux passionnés de lecture une panoplie de revues culturelles. Dans le milieu du cinéma québécois, quatre publications sont chapeautées par l'organisme. Du magazine populaire à la revue savante, le lectorat ne manque pas de choix en la matière.

Séquences est la plus ancienne revue de cinéma au Québec. Depuis le milieu des années 1950, elle s'intéresse au 7e art sous plusieurs angles. «Séquences, c'est à la fois une revue populaire et de référence. Il y a une grande partie dédiée à la critique de films, mais il y a aussi des dossiers, des études, des entrevues, des portraits. Nous traitons d'un grand nombre de films par numéro. Parfois, la revue suit étroitement l'actualité. Par exemple, s'il y a un film d'un grand cinéaste qui sort, ça peut être une opportunité pour la revue de faire un dossier», explique Élie Castiel, rédacteur en chef de Séquences.

Publiée six fois par année, la revue pose sur le grand écran un regard différent de celui des quotidiens et hebdomadaires. «C'est l'occasion de parler de sujets importants du cinéma dont les grands journaux ne parlent pas. On est obligé d'adopter une approche autre que celle préconisée par les quotidiens, car plusieurs lecteurs ont déjà vu les films dont on parle. Nous devons apporter quelque chose de différent, et ça, c'est la partie la plus difficile», souligne M. Castiel.

La revue, qui est pour l'instant seulement disponible en version imprimée, devrait bientôt bénéficier d'un site Internet. «Nous étions dans le Web mais notre site n'était pas actif, affirme le rédacteur. Nous souhaitons renouveler l'expérience, mais cette fois avec un site vraiment actif, qui sera un réel complément de la revue. Il s'agit d'un de nos projets futurs.»

Dans les sphères universitaires

Dans le lot de revues québécoises portant sur le septième art, une seule s'intéresse particulièrement aux études cinématographiques. Contrairement aux autres publications, Cinémas diffuse des travaux théoriques ou analytiques qui stimulent une réflexion plurielle en préconisant différentes méthodes, approches et disciplines.

Avec à sa tête le chercheur André Gaudreault, la publication peut se targuer de regrouper les auteurs les plus importants et les plus reconnus du milieu. «Tous les auteurs d'importance, qu'ils soient québécois, canadiens ou internationaux, ont publié dans la revue. C'est quelque chose dont on est fier», soutient M. Gaudreault.

À coup sûr, le cinéphile instruit découvrira dans cette revue une approche thématique lui permettant de poser un regard inédit sur un cinéma sans cesse en évolution.

Dossiers, DVD

et site Web

Comme la SODEP, 24 images célèbre ses 30 ans cette année. Alors que, à ses débuts, la revue était plutôt populaire et préoccupée par le vedettariat, 24 images est aujourd'hui une publication réflexive s'intéressant au cinéma d'auteur.

En plus de ses dossiers et analyses qui ont fait sa réputation, 24 images se distingue de ses consoeurs par l'inclusion d'un DVD dans chaque édition. Celui-ci apporte un complément d'information et est généralement lié au dossier. «Parler du cinéma, c'est bien, mais le voir, c'est pas mal non plus! Surtout qu'on s'intéresse à un cinéma qui n'est pas si visible que ça», commente Philippe Gajan, directeur de 24 images.

Bien que la copie imprimée, accompagnée du DVD, soit la plus intéressante à consulter, le site Web de la revue, fort complet et très détaillé, est un bon point de départ pour découvrir 24 images. De l'éditorial à la critique, on y trouve tout ce dont on a besoin pour raviver sa passion pour le septième art!

D'ici et d'ailleurs

Depuis un peu plus d'un quart de siècle, la revue Ciné-Bulles se consacre au cinéma d'auteur. Bien qu'elle ait tenu le coup au fil des années, son évolution ne s'est pas faite sans remous. En 26 ans, sept rédacteurs en chef se sont succédé à la barre de la publication et son style a bien évolué depuis ses débuts. Avec à sa tête Éric Perron au poste de rédacteur en chef, la revue semble désormais bien définie et solidement ancrée dans le paysage québécois.

«Aujourd'hui, Ciné-Bulles, c'est une revue québécoise spécialisée en cinéma qui est publiée quatre fois par année, en 64 pages. Elle se consacre au cinéma d'auteur d'ici et d'ailleurs. On y trouve des critiques, des entretiens avec des cinéastes, des analyses et des comptes rendus de festivals importants au Québec, mais aussi des articles sur tout ce qui entoure les films, comme les métiers du cinéma, les lieux de diffusion et le rôle des institutions. Aussi, on préfère donner plus de place à nos auteurs que de traiter d'un très grand nombre de films. C'est notre façon de nous distinguer des hebdos et des quotidiens», précise Éric Perron.

Après toutes ces années, la publication se positionne comme un outil de vulgarisation et d'éducation cinématographiques. Chaque numéro promet une bonne dose de découvertes à ses lecteurs, de l'amateur au fin connaisseur. Comme le dit si bien son rédacteur en chef, la meilleure façon de le constater est de fréquenter Ciné-Bulles!

***

Collaboratrice du Devoir